l'hiver pendant l'été

l'hiver pendant l'été

Messagepar MamaSu » Mer 31 Juil 2013, 16:05

Bonjour,
Le sujet de la discussion n'est pas d'un franc optimisme mais il révèle bien ce qui est dans mon coeur. Je me sens comme un bloc de béton en ce moment avec très peu d'émotion, le seul besoin que j'ai, c'est être avec mon homme, le reste autour m'indiffère beaucoup même si je reste très présente - sorties, copines etc - il existe une contradiction époustouflante entre ce que je vis dedans et ce que je suis dehors. Il n'y a que ma meilleure amie que je vois peu, à qui je parle peu, il n'y a finalement qu'à elle que je ne mens pas...
J'ai repris le boulot à peine deux mois après le décès de Suzie, par nécessité, aussi parce qu'on me l'a proposé. Maintenant, j'ai quelques semaines de "vide" devant moi, avec énormément de choses à faire (je me créé de l'activité comme une grande). J'ai des coups de fatigue gigantesques. Je suis hyperactive. Je suis tout et son contraire. Comme une maman sans son enfant.
Le monde extérieur me met dans des états de nerfs pas possible, je ne supporte pas la foule, il me prend souvent même de haïr les gens. N'importe qui.
Je me sens harcelée par une ironie : l'installation imminente de ces voisins avec un nouveau-né (ma chance c'est que les travaux dans leur maison n'en finissent pas de finir...), une autre voisine enceinte, pas loin d'accoucher; c'est une mission impossible de tenter de faire le deuil de son enfant, et voilà que je vois, j'entends la vie autour de moi, la vie qui s'est dérobée pour Suzie, la vie qui nous a ôté la vie.
Je ne m'aime pas beaucoup non plus... Les autres mamans sont enceinte puis elles portent leur enfant dans leurs bras, et bien pas moi, je me sens une mère incapable.
Bref, ça ne va pas sereinement dans ma tête.
J'ai encore du mal à accepter la mort de Suzie. ça me cogne dedans comme quelque chose de trop gros à avaler, ça ne passe pas.
J'espère que poser ces quelques mots ici me feront avancer.
Mon homme est un soutien merveilleux, je le remercie.
Carole
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: l'hiver pendant l'été

Messagepar viviane22 » Mer 31 Juil 2013, 22:57

Bonsoir Carole,

Je suis désolée de lire tant de souffrance... Mais je te comprends, je me revois dans tes mots. Tu dis que c'est mission impossible de faire le deuil de son enfant. Mais c'est quoi, "faire le deuil" ? Ce n'est pas oublier, ce n'est pas accepter ce qui est inacceptable, c'est, pour moi, intégrer la mort de cet enfant comme faisant partie de sa vie et continuer à vivre, même si la vie à une teinte différente. Mais tout cela ne se fait pas du jour au lendemain... et ta puce n'est partie que depuis quelques mois... Autour de toi, la vie continue alors que pour toi, la Terre s'est arrêtée de tourner au décès de ta fille... C'est difficile de reprendre le train de la vie... Je me souviens que j'avais l'impression, dans les premiers mois qui ont suivi le décès de mon fils, de jouer la comédie dans un monde qui ne me concernait pas... Il y avait deux mondes : mon monde intérieur et le monde extérieur dans lequel j'évoluais mais auquel je ne participais pas... Je me disais sans cesse : "il faut que je revienne du côté de la vie et revenir du côté de la vie, c'est aussi accepter qu'il y ait de la vie - des femmes enceinte, des bébés, tout ce que je jalouse !- autour de moi. Et un jour, j'y suis arrivée... Ne perds pas espoir et ne te culpabilise pas : ne te fais pas de reproches infondés et inutiles, tu souffres suffisamment comme ça ! Je suis de tout coeur avec toi et j'envoie de douces pensées à ta Suzie.
viviane22
 
Messages: 268
Inscrit le: Sam 21 Mai 2011, 10:54

Re: l'hiver pendant l'été

Messagepar MamaSu » Ven 02 Août 2013, 09:30

Bonjour Viviane,

Et merci pour tes mots. C'est toujours beaucoup de soutien de lire que ce qui constitue notre "nouveau" quotidien reste normal; bien que nouveaux, bien que violents, ces sentiments ont aussi leur légitimité et vont (je l'espère) laisser la place à plus de sérénité.

Il n'y a guère qu'auprès de femmes ayant vécu cette expérience que je suis capable d'exprimer ce que je ressens. Ce serait tellement de poids, tellement de lourdeur s'il fallait tenter de transmettre le chagrin qui est en nous. C'est là que deux mondes se créent. La terre d'hier avec les gens d'hier qui continue de tourner - sans nous, et ce nouveau monde, celui du chagrin et des nouvelles rencontres liées à ce chagrin - où nous restons nous-mêmes, transformées, mais nous-mêmes...
Il faut tenter de réunir les deux, de polir la séparation.

j'avais l'impression, dans les premiers mois qui ont suivi le décès de mon fils, de jouer la comédie dans un monde qui ne me concernait pas... Il y avait deux mondes : mon monde intérieur et le monde extérieur


Merci encore pour tes mots.
Ils me réconfortent et m'aident.
Tendrement,
Carole
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: l'hiver pendant l'été

Messagepar viviane22 » Dim 04 Août 2013, 22:14

Bonsoir Carole,

Je suis contente de pouvoir t'apporter quelque chose. C'est vrai qu'il est difficile de parler de tout cela à ceux qui n'ont pas vécu le deuil d'un tout-petit. Et le risque d'être incomprise et d'en sortir encore plus blessée est grand... Et puis, pour les autres, au bout de trois mois, on "doit" aller mieux, si ce n'est bien... (c'était comme ça pour moi, on ne me donnait plus le droit d'être triste...). Or, il faut du temps pour trouver un nouvel équilibre et rien ne sert de se voiler la face, parce que la douleur nous rattrape au galop. Un deuil, cela se vit. La douleur, il faut l'affronter, la traverser pour mieux pouvoir la dépasser. Et sur le chemin du deuil, on est seul. C'est un cheminement très intime. Pendant des mois et même des années après le décès de mon fils, j'ai eu besoin de moments de retour sur moi-même, de moments où je pouvais retrouver mon fils en pensée, réfléchir à ma vie, etc. Ces moments-là ne sont pas "partageables" : personne ne peut nous rejoindre dans ce que l'on vit.
Je pense bien à toi et à ta puce.
viviane22
 
Messages: 268
Inscrit le: Sam 21 Mai 2011, 10:54


Retour vers Discussions sur le deuil de nos enfants, témoignages

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 0 invités

cron