Avec le temps...

Re: Avec le temps...

Messagepar sandy49 » Lun 19 Août 2013, 14:32

Bonjour,

Ah les autres! Ils sont capables du meilleur comme du pire. Comme le dit Agathe, il y a ceux de toujours qui sont toujours là, ceux qui ont fui, ceux qui loin de nous aider nous remettent la tête sous l'eau, et puis ceux dont on découvre le tact, la sensibilité, le soutien dans la difficulté sans jugement, l'acceptation de nous voir mal et malheureux! Comme toi, Carole, les paroles déplacées ou l'indifférence des uns et des autres sont gravées dans ma tête. Presque 4 ans après, je n'ai toujours pas digéré. Je en suis pas de nature rancunière, mais je garde de la rancoeur et de la colère contre eux, d'où la distance. Je n'ai pas accepté, n'accepte pas et n'accepterai jamais certains mots et certains comportements.
Et à l'inverse je n'oublierais jamais le soutien précieux reçus de quelques proches et des mamanges "rencontrées" sur ce forum, qui ont accepté et reconnu ma douleur. Ca m'a fait un bien fou de m'entendre dire "c'est normal! Tu as le droit de pleurer!Prends ton temps". Juste des petits mots qui veulent dire bien plus. Ils nous reconnaissent le droit d'être malheureuse, ils reconnaissent notre statut de maman et le plus important l'existence de notre petit bout. Et ça aide beaucoup plus que l'indifférence ou pire "ca va pas mieux depuis le temps! Allez il faut sortir!"
Je vous souhaite plein de douceur.
Merci à toi Carole, pour les textes et ce joli petit film!
Douces pensées à vos petits anges
Avatar de l’utilisateur
sandy49
 
Messages: 296
Inscrit le: Lun 16 Mai 2011, 19:00

Re: Avec le temps...

Messagepar MamaSu » Ven 23 Août 2013, 16:23

Voici un petit texte que j’ai écrit à l’adresse de celles et ceux pour qui Suzie n’est qu’un bébé mort in utéro. Comme chacune ici, c’est une grande souffrance pour la maman que je suis. J’essaie, ici, d’expliquer en quoi Suzie est une enfant, et, en quoi nous sommes ses parents. C’est une missive intime, pour me faire du bien.

« Faire quelque chose ».

J’ai lu ça quelque part, un papa qui avait perdu son bébé, qui éprouvait ce besoin « de faire quelque chose ». Pour lui, le bébé.
Et aussi pour soi.
Aujourd’hui, j’ai besoin de faire quelque chose. Pour Suzie.

Suzie est ma fille, décédée le 20 février 2013 lors de l’accouchement. Son décès est dû à la compression du cordon, c’est-à-dire que dans sa descente, le double cordon enroulé autour de son cou s’est compressé, empêchant la circulation de l’oxygène. En quelques minutes, son cœur s’arrêtait.
Depuis, j’éprouve le besoin de faire quelque chose. Je dirai même beaucoup, diverses choses.
Pour elle, pour son papa. Pour moi.

Parfois aussi, j’ai besoin de faire des choses contre les autres. Contre la clinique par exemple. Contre des gens de l’entourage qui s’absentent, qui ont pris congé de nos vies. Contre des voisins, qui ont connu le bonheur il y a quelques semaines, de ramener leur bébé vivant chez eux.
Oui. Le deuil n’a rien de propre. Nous vivons dans un monde où la mort est à fuir, à mettre au banc de nos vies ; alors s’il s’agit d’un enfant… il n’y a qu’un pas pour qu’on l’ignore. Et ça va à toute vitesse. Une poignée de semaines, de mois, et c’est déjà fini, fin de l’histoire – Ding - on tourne la page. Pas si vite… Moi j’ai encore la forme de son corps dans le mien, et mes bras l’attendent toujours, ballants, mes mains ne savent pas où se poser, et, faute d’entendre ses cris, le bruit de la vie cisaille mes oreilles.

« Faire quelque chose ».

Quand on met au monde un enfant, c’est naturel, il y a quelque chose en soi d’actif, toute la machine se met en branle pour agir, faire ces choses pour le bébé. Comme le nourrir par exemple. Les seins sont gonflés à bloc, ils coulent, les bras connaissent déjà la forme de son corps, la bouche, le nez attendent pour sentir, caresser, lécher. La peau est molle, confortable. Et on sent merveilleusement bon.

Suzie est décédée il y a 6 mois aujourd’hui. Et mon corps doit faire quelque chose, mais il ne fait rien, alors il est paumé.

Le monde continue de bouger avec son tempo habituel, qui était aussi le mien avant, et puis, il y a eu la mort de ma fille. Depuis, je marche en parallèle, main dans la main avec le vide, le creux, le manque. Main dans la main avec son père.

La vie continue pour les autres et c’est normal. Je le comprends. Un ami m’a même dit que c’est cette « indifférence » qui me permettrait d’avancer, parce que si l’on veut rester lié aux autres, il faut se plier à cette dictature, même si on est mort avec son enfant. Se plier et espérer, qu’un jour, un matin, on ressente l’odeur de la nature, la chaleur du soleil sur la joue. Cela voudra dire qu’on redevient sensible à ce qui nous entoure. Qu’on sort de la bulle.

Sortir de la bulle, ce n’est pas oublier Suzie. Suzie est inoubliable. Suzie est notre premier enfant. Comme tous les parents nous sommes tombés amoureux de son visage quand nous l’avons vue, nous nous sommes reconnus en elle qui, pourtant, avait ses traits propres. Ma fille avait de bonnes joues toutes rondes, un nez charmant, une bouche dessinée, un menton volontaire. Nous avons caressé et serré son corps longuement, nous avons touché ses pieds, embrassé ses mains, découvert la longueur de ses doigts, de ses ongles. Ses cheveux noirs et frisés. Comme son père… Nous lui avons parlé. Nous avons parlé, son père et moi au-dessus d’elle, doucement, comme si elle dormait.

Suzie, c’est cette enfant avec qui j’ai communiqué pendant des mois. Qu’on ne me dise pas qu’elle n’a pas vécu, si vous aviez senti ses coups de pieds sous vos côtes, vous ne penseriez certainement pas ainsi. Si vous aviez senti ses mouvements quand elle entendait de la musique, vous ne pourriez pas penser ainsi. Si vous aviez senti son humeur, sa douceur… son poids quand elle dormait…

Suzie était parfaite. Elle est morte comme d’autres meurent dans un accident de voiture. En quelques minutes, puis quelques secondes. Presque sous mes yeux. Elle est morte en moi et je ne pouvais rien faire, sinon entendre son cœur ralentir avant de s’arrêter complètement.

Suzie n’est pas juste un bébé mort in utéro. Suzie, c’est tout ça. Les moments heureux vécus à trois. Les rêves. La douleur. On s’est battu pour elle, je me suis battue même si nous avons perdu. Suzie est le seul être pour qui j’aurais donné ma vie.
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Avec le temps...

Messagepar viviane22 » Ven 23 Août 2013, 23:39

Bonsoir,

Ton texte est touchant et dur de vérité. J'espère que l'écrire t'a apporté un peu d'apaisement.
Douces pensées à ta fille et courage à toi...
viviane22
 
Messages: 268
Inscrit le: Sam 21 Mai 2011, 10:54

Re: Avec le temps...

Messagepar MamaSu » Sam 24 Août 2013, 10:00

Bonjour Viviane,
Et merci. Partager ces mots intimes, avec lesquels je tente de décrire avec exactitude mes sentiments (et ce n'est jamais simple), me fait déjà beaucoup de bien.
Je sais qu'ici, ces mots seront compris car depuis des mois que je lis vos réponses et vos témoignages, je sais que nous subissons tous et toutes l'oubli où sont jetés nos enfants. Je commence à l'éprouver pleinement maintenant et oui, c'est difficile. C'est là qu'il faut cogiter à fond, comprendre les autres, pour ne pas basculer dans la hargne. Je sais que l'amertume ne nuirait qu'à notre couple et nous bataillons pour garder le sourire. J'ai conscience que se battre main dans la main avec l'homme que j'aime est une très grande chance, c'est d'ailleurs ce qui nous sauve. S'aimer, vivre des moments de bonheur plein, être pris par le chagrin, s'effondrer, rire trois minutes plus tard, etc.
D'un naturel secret ou pudique (ça reste difficile de se décrire soi-même), je ne sais pas si je pourrais publier ce texte auprès de mon entourage. C'est pourtant eux qui sont à l'origine de ces mots. C'est là que la question du deuil "propre" se pose; j'ai moi-même cette retenue, celle de ne déranger personne.
Ma mère me dit : c'est toi qui a besoin des autres, et c'est toi, pourtant, qui protège tout le monde.
Elle est forte ma mère. C'est bien dit, elle a raison.
J'ai déjà écrit ce texte, dire ces mots d'amour m'a fait du bien. Vous le partager aussi.
Tendrement à toutes, à tous nos enfants.
Carole
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Avec le temps...

Messagepar mamange » Sam 24 Août 2013, 22:46

Carole,

Tes mots me parlent énormément, merci à toi de nous les faire partager. Je t'embrasse fort.
Les mots de ta maman me parle aussi beaucoup.

Tendres pensées à ta Suzie.

Tendres pensées à tous nos petits anges.

Je t'aime ma princesse, nous t'aimons tellement ma douce, ma douce Léna <3 <3 <3 <3.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Avec le temps...

Messagepar anais et mathieu » Dim 08 Sep 2013, 22:51

Carole, ce texte est très beau . Tu écris si bien . On ressent tellement de choses .

Merci à toi de nous l'avoir partagé . As tu eu des retours de ces personnes la ?

Anais
le bonheur finit toujours par triompher, il faut juste y croire ... Mamange de Maxime décédé in utéro à 39 SA le 30 septembre 2010, et Maman de Gaëtan , né le 8 janvier 2012 . Je vous aime mes amours.
anais et mathieu
 
Messages: 298
Inscrit le: Sam 18 Juin 2011, 18:42

Re: Avec le temps...

Messagepar Agathe » Mar 17 Sep 2013, 18:24

Je reviens sur ce sujet : avec le temps...

Et bien avec le temps, 7 mois après, je trouve que j'avance à bon rythme. Des projets pleins la tête, ce besoin incessant d'avancer, de partager des projets à deux.

Et pourtant...
Il n'y a pas un jour qui passe sans que ne pense à mon fils.
Je me suis également rendu compte que je me suis éloignée de la "vie".
Les amis se comptent sur les doigts d'une main.
Et quant à ma famille, je n'y ai plus remis les pieds (à part chez mes parents et mon frère), notamment ma grand-mère, des cousines et certaines tantes, de qui j'étais habituellement proche.
Et pourtant, ces personnes sont très présentes pour moi, demandent souvent de mes nouvelles.
La dernière fois que je les ai vu, c'était à l'enterrement...
Je vis dans un cocon, dans lequel j'aimerais parfois m'enfermer complètement.
Etre juste à deux, dans notre bulle, notre univers.

A coté de cela, je deviens très bonne pour me mentir à moi-même, pour faire semblant d'être dans le "vrai" monde, comme les autres.
Aujourd'hui, j'ai appris la naissance du bébé d'une collègue. Pour bien faire, mes collègues ont affichés son message et sa photo sur le panneau d'affichage qui se trouve en face de mon bureau... J'ai passé ma journée à voir cette photo, à faire semblant de rien. C'est chouette, c'est un bel événement.
En rentrant chez moi, je me suis mise à pleurer, sans trop comprendre pourquoi.
Et puis, j'ai repensé à cette photo. C'est pour moi le miroir de l'absence que je vis au quotidien, de cette injustice.
Et bor***, qu'est ce que ça fait mal !!!

Enfin voila, c'est juste mon petit coup de gueule du jour, ma petite réflexion.
A toutes les mamanges, même quand vous pensez que "ca va", n'oubliez pas de vous écoutez.
Ne pas s'oublier, ne pas se mentir (parfois si facile à dire...)

Bien à vous.

Douces pensées a nos petits Anges que nous n’oublierons pas
"J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer.
J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire" Saez
Avatar de l’utilisateur
Agathe
 
Messages: 83
Inscrit le: Mer 06 Mars 2013, 10:48
Localisation: Alsace / Bourgogne

Re: Avec le temps...

Messagepar viviane22 » Mer 18 Sep 2013, 21:21

Bonsoir,

Je comprends ta réaction face à la naissance du bébé de ta collègue. Cela me ramène quelques années en arrière. La vie qui continue agresse, crée des tensions... et seuls les pleurs apaisent.
Courage !
A bientôt
viviane22
 
Messages: 268
Inscrit le: Sam 21 Mai 2011, 10:54

Re: Avec le temps...

Messagepar MamaSu » Jeu 19 Sep 2013, 11:40

Bonjour,

Le "vrai" monde finalement qu'est-ce que c'est ? On peut se dire que tout est vrai : le monde des autres, notre monde d'avant, notre monde à part, intime, caché, le monde où nous avançons masquées. Toutes les cartes ont été redistribuées... c'est pas évident de se sentir toujours bien assis. Le "vrai" doit se trouver quelque part dans tout ça, je ne crois pas que le "vrai" soit une valeur fixe en tout cas...

Je vous ai parlé de cet ami qui a perdu sa fille âgé de 9 ans. En discutant avec lui, en lui posant des questions, en me confiant, je lui ai fait part du doute permanent qui est le mien : "suis-je dans le vrai ? est-ce que je ne passe pas mon temps à me mentir ? Est-ce que finalement, je ne suis pas engagée dans une course-poursuite à rebours, la fuite ?"
Il m'a écoutée, et m'a dit : "et alors ? qu'importe si tu fuis."
Ses mots m'ont apaisés. Car dessous j'entendais sa compréhension de la nécessité à faire tout ça, à vivre trop vite, à se retirer du monde, tout régler jusqu'à l'excès, avancer avec anarchie, à faire tout ça à la fois jusqu'à ne plus savoir sur quel pied on vit.
Et pan ! on est attrapé, rattrapé, cueilli, frappé comme un coup de poing dans la gorge, que oui, seules les larmes peuvent adoucir. Moi, j'aime bien pleurer, ce sont des moments d'intimité avec ma fille, des instants "réels".

Sinon je vais y aller franco et porter un jugement : tes collègues sont carrément maladroites, voire bêtes. Bah oui, c'est souvent ça que je pense de certaines personnes, en tout cas, quand le comportement est à ce point ignorant, déplacé. Mon cerveau ne s'autorise à comprendre que jusqu'à un certain degré, passé ce cap, je range dans la catégorie "bêtise" - "égoïste" - "con" :)

C'est d'ailleurs un jugement à la con je le sais !

J'espère qu'aujourd'hui, ça va, que la photo a été rangée au placard.
Bonne journée à toutes.
Carole
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Avec le temps...

Messagepar Agathe » Sam 21 Sep 2013, 19:07

Carole,
Dés le lendemain j'en ai parlé à une collègue/amie (qui travaille dans une autre équipe), qui avait tout de suite remarqué cette photo, et immédiatement fait le lien avec moi.
Pour les autres, je ne sais pas si c'est de l'égoisme ou de la betise, maîs je repense aux paroles des mamanges, les autres oublient. Et puis il faut dire que je ne montre rien, et je sais que je ne lacherais rien devant certaines personnes.
Et quant à cette photo, je me suîs fait un plaisir de l'envoyer à la poubelle ^^ (ça, c'est purement égoiste, mais qu'est ce que ça fait du bien!)
"J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer.
J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire" Saez
Avatar de l’utilisateur
Agathe
 
Messages: 83
Inscrit le: Mer 06 Mars 2013, 10:48
Localisation: Alsace / Bourgogne

PrécédentSuivant

Retour vers Discussions sur le deuil de nos enfants, témoignages

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron