Une maman qui souffre....

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar MamaSu » Sam 30 Mars 2013, 20:09

Chère Mamange,
La douleur peut atteindre une telle intensité qu'on se croit "folle" parce qu'elle est au-delà de tout ce qu'on a connu jusque là, tout ce qui façonne nos réalités. Mais tu n'es pas "folle", tu es transpercée de douleur, c'est très différent. Et ta douleur a du sens, elle est réelle, tu es ancrée dans la réalité. Je ne peux que renouveler mes paroles et te souhaiter le maximum de courage pour casser les murs qui t'enferment, que ta princesse ne soit pas un obstacle à d'autres bonheurs qui t'attendent. Tu es pleine d'amour, ça se sent tellement, et tu as besoin de donner tout cet amour.
Le sentiment de solitude est quelque chose de si personnel, si intime et profond.
Mais peut-être n'es-tu pas si seule. Il y a ta maman, il y a ton homme, il y a ceux qui se taisent parce qu'ils ne savent pas quoi dire mais qui restent présents. Nul ne peut comprendre ta chair de maman sans son enfant, alors peut-être ne faut-il pas chercher cette compréhension, on peut se casser en deux parce que c'est peut-être impossible. Ce que nous vivons est très dérangeant pour les autres, la mort en général dérange, elle rappelle à chacun sa propre fragilité, alors la mort d'un bébé...

Encore une fois, courage, la vie te caressera encore et encore de son souffle frais...
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Sam 30 Mars 2013, 20:41

Mamasu,

Je te remercie pour ton message.
Oui tout cet amour que je lui porte, que nous lui portons, j'ai besoin, de l'écrire, de lui écrire, de la faire existé à travers mon cœur, nos cœur, de faire existé notre fille, par certains petit présent, comme une bougie qu'on allume.
C'est par moment, très difficile, de se contenir, de gérer ses émotions, tant d'émotions.... Par moment ce sont des larmes, d'autres ça sera une certaine nervosité.....et tant, tant d'émotions, mais qui traduise aussi tout l'amour que nous portons à nos enfants, à nos petits anges.

C'est vrai, au fond, je ne suis pas si seule... Peut-être que j'en attends par moment "trop" de leur part, une intention plus particulière.... Mais au fond, je pense que chacun de nous ( les personnes qui me sont proches) on aussi le deuil, de notre fille à faire, pour eux, c'est une petite-fille, une arrière petite-fille, nièce.... Notre fille.

Je te remercie de ton message. Merci à toi

Tendres pensées à tous nos petits anges
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Sam 30 Mars 2013, 20:49

Je souhaiterais vous faire partager un texte.

Nous aimerions que vous n'ayez pas de réserve à prononcer le nom de notre enfant mort, à nous parler de lui. Il a vécu, il est important encore pour nous ; nous avons besoin d'entendre son nom et de parler de lui ; alors, ne détournez pas la conversation. Cela nous serait doux, cela nous ferait sentir sa mystérieuse présence.

Si nous sommes émus, que les larmes nous inondent le visage quand vous évoquez son souvenir, soyez sûr que ce n'est pas parce que vous nous avez blessé. C'est sa mort qui nous fait pleurer, il nous manque ! Merci à vous de nous avoir permis de pleurer, car, chaque fois, notre cœur guérit un peu plus.

Nous aimerions que vous n'essayiez pas d'oublier notre enfant, d'en effacer le souvenir chez vous en éliminant sa photo, ses dessins et autres cadeaux qu'il vous a faits. Pour nous ce serait le faire mourir une seconde fois

Être parent en deuil n'est pas contagieux ; ne vous éloignez pas de nous.

Nous aimerions que vous sachiez que la perte d'un enfant est différente de toutes les autres pertes ; c'est la pire des tragédies. Ne la comparez pas à la perte d'un parent, d'un conjoint ou d'un animal.

Ne comptez pas que dans un an nous serons guéris ; nous ne serons jamais, ni ex-mère, ni ex-père de notre enfant décédé, ni guéri. Nous apprendrons à survivre à sa mort et à revivre malgré ou avec son absence.

Nous aurons des hauts et des bas. Ne croyez pas trop vite que notre deuil est fini ou au contraire que nous avons besoin de soins psychiatrique

Ne nous proposez ni médicaments ni alcool ; ce ne sont que des béquilles temporaires. Le seul moyen de traverser un deuil, c'est de le vivre. Il faut accepter de souffrir avant de guérir.

Nous espérons que vous admettrez nos réactions physiques dans le deuil. Peut-être allons-nous prendre ou perdre un peu de poids, dormir comme une marmotte ou devenir insomniaques. Le deuil rend vulnérable, sujet aux maladies et aux accidents

Sachez, aussi, que tout ce que nous faisons et que vous trouvez un peu fou est tout à fait normal pendant un deuil ; la dépression, la colère, la culpabilité, la frustration, le désespoir et la remise en question des croyances et des valeurs fondamentales sont des étapes du deuil d'un enfant. Essayez de nous accepter dans l'état où nous sommes momentanément sans vous froisser

Il est normal que la mort d'un enfant remette en question nos valeurs et nos croyances. Laissez-nous remettre notre religion en question et retrouver une nouvelle harmonie avec celle-ci sans nous culpabiliser.

Nous aimerions que vous compreniez que le deuil transforme une personne. Nous ne serons plus celle ou celui que nous étions avant la mort de notre enfant et nous ne le serons plus jamais. Si vous attendez que nous revenions comme avant vous serez toujours frustré. Nous devenons des personnes nouvelles avec de nouvelles valeurs, de nouveaux rêves, de nouvelles aspirations et de nouvelles croyances. Nous vous en prions, efforcez-vous de refaire connaissance avec nous ; peut-être nous apprécierez-vous de nouveau ?

Le jour anniversaire de la naissance de notre enfant et celui de son décès sont très difficiles à vivre pour nous, de même que les autres fêtes et les vacances. Nous aimerions qu'en ces occasions vous puissiez nous dire que vous pensez aussi à notre enfant. Quand nous sommes tranquilles et réservés, sachez que souvent nous pensons à lui ; alors, ne vous efforcez pas de nous divertir.


Tendres pensées à tous nos petits anges.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar Agathe » Dim 31 Mars 2013, 18:53

Ton texte me ramène aux pensées qui tournent dans ma tête en ce moment.

Une des plus grosses difficultés (après l'absence, la remise en question, etc) dans ce que nous vivons, je dirais "les autres".
Les autres, c'est si vaste. Un membre de sa famille, un ami, quelqu'un que nous croisons au hasard d'une rencontre.
Un mot indélicat d'un proche qui nous blessera au plus profond, ou un sourire d'un parfait étranger qui nous apportera de la chaleur. Je sais que "les autres" ont une grande influence sur mes humeurs, mon mieux-être. Mais aussi qu'en fonction de mes émotions du moment, j’interprète leur paroles ou leurs gestes. Parfois je rejette "les autres", et parfois je me sens rejetée par "ces autres".
Que de complexité une fois de plus...

Cette semaine a été relativement éprouvante pour ma part. Sans raison particulière, juste le vide immense, et l'envie démesurée de vouloir prendre mon enfant dans mes bras.
Et une amie m'envoie un sms pour prendre de mes nouvelles : "Salut minstinguette. [...]". Quel horreur !
Mistinguette. Ce mot m'a mis dans un état pas possible. J'avais l'impression d'avoir 16 ans.
Je n'étais pas une femme, encore moins une mère. Juste une petite fille.
Je sais qu'elle n'a pas pensé mal faire en utilisant un simple mot. Mais les mots prennent un sens tellement différent, parfois très lourd.
Ma maman aussi une fois m'a appelée "mon bébé". Je n'ai pas pu la contre-dire sur le moment, je suis sa fille, mais je ne suis plus une petite-fille. Je suis mère maintenant.
Et le fait de ne pas être reconnue comme telle auprès "des autres" est une blessure immense.
Comme lorsque l'on me pose la question "madame ou mademoiselle?". Bien que non mariée, si je portais mon enfant dans mes bras, on ne poserait même pas la question, ce serait "Madame" d'office.
Quand je me baladais avec mon bidou, c'était des "madame" a tout va. On s'y habitue. On s'apprête à devenir mère.
Et du coup, un seul, tout s'arrête.
Du statut de femme/mère, on nous relègue au rang de "personne en deuil = vulnérable = enfant".

Il y a ces moments difficiles, mais il y a aussi les beaux moments.
Hier, j'ai revu une amie que je n'avais pas vu depuis un moment. J’appréhendais un peu de la voir.
Elle a 37 ans, elle est enceinte de son 1er enfant. J'avais peur de lui parler d'Axel, de l'accouchement, etc. Je ne voulais pas "lui faire peur".
Et puis finalement, cela s'est fait très naturellement. Elle m'a posé des questions sur ma grossesse, l'accouchement. Le simple fait de ne pas ignorer tout cela, d'avoir le "droit" de parler de sa grossesse... C'est une belle reconnaissance.
"J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer.
J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire" Saez
Avatar de l’utilisateur
Agathe
 
Messages: 83
Inscrit le: Mer 06 Mars 2013, 10:48
Localisation: Alsace / Bourgogne

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar MamaSu » Dim 31 Mars 2013, 21:07

Bonsoir,
Les mots des "autres" comme les miens sont toujours décalés, en marge, loin d'être spontanés. Je me montre souvent trop enthousiaste, les autres font de même, je ne comprends pas qu'ils ne me comprennent pas dans mon trop d'enthousiasme, qu'ils me suivent dans cette voie. Mais quand les questions sont claires, portées sur ma tristesse, je me planque. Dur pour tout le monde. Tortueux, complexe. Même ma mère, je ne sais plus comment lui parler. C'est elle qui me manifeste le plus de chagrin, les larmes souvent au bord des yeux, obsédée par Suzie. je la comprends mais je la tiens loin de moi, je le sens. Hier soir, elle m'expliquais que le chagrin de son enfant (moi) c'était le pire, qu'une mère a envie de protéger son enfant, etc. Tous ces mots d'amour qui m'ont écorchés à vif, parce que la maman que je suis ressent par tous les trous de la peau ce besoin intense et vif de protéger son bébé, et, je n'ai pas su (pu), la protéger.
Très compliqué tout ça.
Mamange tu parlais de solitude, c'est ici même que je la ressens. Malgré les efforts de chacun pour me comprendre, ou m'épauler, c'est moi-même qui tient le monde à distance. Il n'y a que le papa avec qui, aujourd'hui, je sois pleinement et complètement moi. Celle que j'ai été, celle que je deviens, la femme, la future mère, la maman, la maman sans son enfant.
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Dim 31 Mars 2013, 22:53

Agathe,

Comme je te comprends.... Et tout cela est aussi normale, nous sommes à fleur de peau, nous devons faire face à l'envol de notre enfant. Un mot, une phrase et on à envie de montrer les griffes.
Nous avons tant à essayer, à tenter à "gérer" toutes ces émotions si intense les unes que les autres, que par moment, un mot, une phrase, une action....

Je me rends compte aussi que par moment, j'ai ce besoin, j'ai le besoin de m'isoler.... Au début, je n'allais pas du tout vers les autres, j'étais dans ma bulle, chez moi.... Avec ma maman qui venait me voir.
Doucement, j'ai recommencé à aller chez eux... Mais de l'autre, à ne peut-être pas exprimer mes émotions, les personnes ne savent pas, ne voient pas......

C'est tellement ambigu..

Le manque de reconnaissance, je le ressens également.....

Je te comprends..... Aujourd'hui, je me disais....je me disais, que normalement, nous serions certainement à la maternité, en train de tenir notre fille dans nos bras, à lui donner son premier bain, à l'habiller, la changer.....Que normalement nous devrons être entre les couches, les biberons, les changes, les pleures......

C'est bien, que tu es pu revoir ton ami.... Je comprends aussi ton appréhension. C'est important de pouvoir parler de notre grossesse, de l'accouchement, de notre enfant.

Mamasu,

Je te comprends.... C'est très difficile pour nous, comme pour nos proches, de vraiment, savoir quoi dire, comment réagir.
Les premières semaines, j'ai eu quelques discordes avec ma maman.... Je la voyais en souffrir, me l'exprimer et moi je tentais de me contenir...mais cela se transformait dans une certaine " agressivité".

On doit déjà essayer de gérer nos propres émotions, si intense, si forte, tant d'amour envers nos enfants.... Qu'on ne peut tout arriver à gérer, ce peut-être qui explique notre "isolement"...

Je te comprends, ton conjoint, c'est le papa, vous êtes le noyau..... Vous êtes devenus parents, les parents de votre petite Suzie.

Je vous remercie pour vos messages, vos mots.


Tendres pensées à tous nos petits anges.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar anais et mathieu » Lun 01 Avr 2013, 21:20

Mamange ton texte est tellement vrai ... Je m y retrouve totalement ... Est ce toi qui l' a inventé de tes propres mots ou bien l ´ as tu lu dans un livre ou un article ?
La perte d un enfant ça bouleverse une vie ....et lorsque tu évoque l' agressivité , je crois qu'il faut apprendre à vivre avec ... Car celle si ne part pas si facilement ... Au jour d aujourd'hui je sais que je suis agressive ... Bien plus qu'avant . Et pourtant, depuis le décès de Maxime en 2010, du temps a passé et la vie a pu nous offrir un magnifique cadeau ... C' est comme ça ...
J'ai lu que tu traversais la période de ta fin de grossesse ... Et dans ces moments là , l' absence est encore plus lourde à porter ... Mon filleul est né le 8 octobre. La dpa de maxime était le 9 octobre ... Je te laisse imaginer tous les ans comme cela est compliqué de trouver un cadeau, d' assister à sa fête d' anniversaire , de le voir souffler ses bougies ....
Je te souhaite de traverser cette période avec le plus de sérénité possible .

Agathe, oui effectivement les mots de nos entourages manquent parfois de délicatesse ... Et lors des épreuves difficiles, comme celles que nous vivons, nos réactions sont décuplées ...
Il faut essayer de se mettre une carapace afin que cela nous blesse le moins possible... Pas facile à faire je sais ...mais dit toi que on combat est ailleurs , et tu as besoin se toute ta force et on énergie pour te reconstruire ...

Mamasu, en lisant le passage sur ta maman je me suis revue il y a un peu plus de 2 ans ... je me souviens c était une après midi où le temps était gris. Maxime venait de nous quitter il y a peu et j' avais tant de colère à déverser ...pour me " changer " les idées j ´ étais allée m' occuper de mes chevaux... Ma maman m' avait rejoint. Seules les larmes transperçaient un lourd silence ... Et c 'est la qu'elle m' a dit que voir son enfant souffrir et être impuissant vis à vis de cela, était très dur pour une maman... Les mêmes mots que ta maman a utilisé. C' est à partir de ce moment là, que j ai compris et accepte ses souffrances à elle aussi : avoir perdu son petit fils et ne pas pouvoir aidé sa fille...

Bien entendu les filles, vous ne pouvez pas gérer la tristesse de tout le monde, et notamment celle de vos mamans, car vous devez d'abord pensez à vous dans cette dure épreuve de reconstruction ... l aide de vos mamans est précieuse ... Acceptez la.

Je vous embrasse .

Tendres pensées aux petits anges .

Anais
le bonheur finit toujours par triompher, il faut juste y croire ... Mamange de Maxime décédé in utéro à 39 SA le 30 septembre 2010, et Maman de Gaëtan , né le 8 janvier 2012 . Je vous aime mes amours.
anais et mathieu
 
Messages: 298
Inscrit le: Sam 18 Juin 2011, 18:42

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Lun 01 Avr 2013, 21:40

Anais,

Je l'ai retrouver à plusieurs reprise, sur des blog, site internet..... j'avais envie de vous le faire partager.

Accepter et lâcher prise sur tous nos ressentis est si difficile et de l'autre me dire " c'est normal, c'est normal, c'est aussi tout l'amour que je porte à ma, à notre fille".
Mais, c'est aussi la complexité de gérer ce tant d'émotions face aux autres.....Par moment j'aimerai l'atténuer et de l'autre, j'ai, j'en ai besoin de vivre ces émotions aussi intense qu'elles soient, parce que, c'est normal et que c'est pour ma/ notre fille.

Ça doit vraiment pas être facile à gérer, je ne peux et en même temps je peux "imaginer" la peine, de ces dates très rapprochées.
J'ai déjà énormément de mal, quand je sors et que je vois au fond de mon couloir ( en commun) des meubles de chambre d'enfants.. Je sais que le couple attend leur 4 ou 5éme enfants....
C'est pas de la jalousie, car, je ne peux savoir, on ne connait pas la situation des personnes, des couples et même....C'est ma fille à nous, à moi.
Mais oui c'est dur, surtout être dans les dates de la DPA et avoir ça dans notre vue...... D'ailleurs, en rentrant, je me suis effondrer en larmes.
Même mon conjoint me l'a fait remarquer.....

Ou encore de voir par ma fenêtre, un couple, en train de marcher avec leur petit bout...... C'est assez dure, de se dire, que on le vivra pas "physiquement" avec notre fille....

Je te remercie Anais pour ton message, tes mots. Merci à toi.

Tendres pensées à tous nos petits anges.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Mar 02 Avr 2013, 00:06

Quelques temps, je reprends force..... et quelques temps après, c'est l’effondrement... De vraies montagnes russes.

Ma fille, notre fille, me maque terriblement. A cet heure-ci qui sait que normalement, je serai en train de la border au creux de mes bras.....

J'ai l'impression qu'il y a tellement d'étapes à franchir, à passer..... Tant que la date de la DPA n'était pas réellement passée, je savais, j'avais bien consciente, qu'il aurait tellement de choses, de moments qui ne se réaliseront pas.
Mais je me posais la question, de comment, de comment serait mon ventre, le manque de ces coups au creux de mon ventre.....
Là depuis que la date DPA est passé, c'est encore plus "concret" de toutes ces choses qui ne se réaliseront pas....

La simple détails qui parait si anodin, mais tout simplement, mettre ma fille dans sa poussette et aller nous balader.... La réalité est il n'y a pas sa poussette, cette belle poussette que nous avions été déjà voir.... Ma fille n'est pas là " physiquement".
Par moment, dans mes nuits, je me vois portant ma fille dans les bras....ou poussant la poussette....

Il y a des moments "l'envie" d'un petit frère ou une petite sœur se présente..... Mais je me demande si ce n'est pas pour y remplir son manque.
Même si je sais qu'au fond de moi, rien, n'y personne ne pourra remplacer ma fille... Mais je n'arrive pas vraiment à y voir " clair" dans tout se flou, ce mélange d'émotions....

Je t'aime tellement ma fille, notre fille...... Nous ne connaitrons pas la couleur de tes yeux, ni n'entendrons la douceur de ta voix.... Mais tu es tellement magnifique ma princesse, que je sais que tes yeux, ta voix sont les plus belles choses, tout comme toi ma princesse, ma douce.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar MamaSu » Dim 07 Avr 2013, 12:26

C' est à partir de ce moment là, que j ai compris et accepte ses souffrances à elle aussi : avoir perdu son petit fils et ne pas pouvoir aidé sa fille...


Je commence à accepter sa souffrance... après six grosses semaines, je commence tout juste à accepter de la comprendre... Je ne sais pas pourquoi j'ai ressenti un tel rejet.

Maman de Suzie
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

PrécédentSuivant

Retour vers Discussions sur le deuil de nos enfants, témoignages

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron