Une maman qui souffre....

Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Lun 11 Mars 2013, 15:24

Bonjour à toutes et à tous,

Cela va bientôt faire 4mois que nous avons perdu notre petite princesse.... Le jour qu'on attendait avec une telle impatience venait d'arriver, nous allions enfin savoir son sexe ( écho morphologique).
C'était de grands sourire qui s'affichait sur nos visages devant l'écran, nous avons même découvert nous-même son sexe ( c'était assez voyant) et peut-être dû aux recherches qu'on avait fait auparavant sur internet.
Le sexe n'avait pas tellement d'importance, mais nous avions hâte de savoir....Surtout qu'à l'échographie du triple test...On nous dis une fois, un petit garçon, puis une petite fille.

C'était une stagiaire qui avait commencer l'échographie.... La gynécologue qui me suivait depuis peu était juste à côté. Me suivait depuis le début de la grossesse, mais finalement pas eu beaucoup de rendez-vous avec qu'elle ( hôpital universitaire..).
Nous on demande, oui c'est une fille avec un grand sourire. Finalement c'est ma gynécologue qui reprend le relais.
Elle ne dis rien....Mais je ne m'inquiète pas, puisque j'entend dire à son élève, tout est "parfait". Comment se douter que peu de temps après, notre monde allait s'écrouler.

De plus j'étais aussi impatiente comme échographie en 3D..Donc je regarde, je suis "bien".

Ca se termine et là.....Le monde s'écroule, on nous annonce qu'il y a une malformation ( le spina bifidas) à 100%.
Je pensais juste y venir, pour enfin savoir le sexe de notre princesse et aussi que tout aille bien, parce que depuis le début de la grossesse, tout était très possitive.
Bon j'ai pas eu très facile, beaucoup de désagréments.... Mais bon, c'est rien à côté de ce que je vis, ou plutôt survis comme je peux.

Ce mois-ci j'aurais du accoucher, à la fin du mois.... Et plus rien ne va, je ne cesse de pleurer, une fois mon conjoint parti au travail.
Je m'écroule dans ma douche, de douleur tellement j'ai mal....Mal qu'elle ne soit plus là, mal de tout ce qu'il ne se fera pas....

De plus.... Je ne sais si c'est le fait d'approcher la date de DPA, mais j'ai un immense besoin, un besoin, de materné.... Par moment, j'ai tout simplement, envie de faire sa chambre ( on attendait de savoir le sexe pour commencer), de même prendre une poupée... Mais je me dis Stop arrête ton délire là.
Et c'est la réalité qui me rattrape...... Ma princesse, n'est plus là, mais une chose est certaine, c'est qu'elle est et sera toujours dans nos coeurs entourée de beaucoup d'amour.

Aujourd'hui, c'est pour elle que j'essaie, je tente de survivre..... Que je me bats comme je peux...

Derrière ça, il y a énormément d'angoisse, une anxiété très élevée qui me fait par moment "peter" des plomb ou j'ai juste envie de crier...De crier ma peine, ma douleur.

Je vivais déjà certaine angoisse avant ma grossesse. De l'agoraphobie, mais ça allait beaucoup mieux, cette grossesse n'a pas été décider à la légère.
J'ai aussi subis une Ivg.... Nous étions trop jeune et pas suffisament de ressources pour pouvoir s'occuper d'un enfant......

J'ai l'impression que la maternité pour moi se conjugue avec culpabilité.......

Aujourd'hui, sortir m'ait assez difficile.... Angoisse, plus la réalité, la vie qui vit tout simplement, les femmes enceinte...les poussettes...

Je n'ai plus rien de la femme enceinte que j'étais.... A part le visage marquer par la souffrance.


Par moment, je ne me comprends plus.... Il y a des moments ou l'envie de faire une petite soeur ou un petit frère me guette. Mais pour ça j'ai un traitement à prendre avant.... Mais je me sens comme bloquer, je me sens mal de demander à la pharmacienne, comme si je trahisais ma princesse.

J'ai l'impression de passer de tout à rien, parce que par moment...je me sens effacer, sans vis et d'autres ou la souffrance est si forte que...c'est dur.

J'hésite même à prendre une médication, parce que, j'ai l'impression de ne pas pouvoir y arriver. Je m'accroche à énormément de petites choses qui m'aide, qui m'aide, parce que oui ma princesse à exister !!!!.

J'ai besoin de votre aide, parce que je me sens si perdue......
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar Agathe » Lun 11 Mars 2013, 20:10

mamange a écrit:Derrière ça, il y a énormément d'angoisse, une anxiété très élevée qui me fait par moment "peter" des plomb ou j'ai juste envie de crier...De crier ma peine, ma douleur.


C'est peut être ce qu'il faut que tu arrive à faire pour te "libérer" de ce poids qui t’oppresse.
Tellement d'émotions intenses, incontrôlables et parfois qui semblent si contradictoires lors de la perte d'un enfant.
Je ne sais pas comment l'on se sent après 4 mois, puisque pour ma part ça ne fait qu'un mois.
Mais est ce que jusqu'à présent tu as réussi à en parler avec quelqu'un? ton conjoint, ton entourage, le gynécologue ou un psychologue ?
Que tu puisse donner du sens à tous ces sentiments si confus.
En tout cas, dans tout ce que tu dis, comme par exemple l'envie de préparer cette chambre, pour donner à ta puce et à ton chagrin toute sa légitimité (aux yeux des autres?), ou cette peur de sortir et d'affronter toutes ces poussettes et ces femmes enceintes me semblent faire parti de l'histoire de beaucoup d'entre nous.

Et cette envie d'avoir un autre enfant. Je la ressens également. Il n'y a aucune culpabilité à avoir, personne ne sera trahit ou remplacé.
Il y a tout cet amour que nous nous apprêtions à donner à notre enfant, cet amour qui se retrouve maintenant en suspend, mais qui est toujours là. Ce besoin d'être mère.
Certains couples ont des enfants rapidement après avoir connu un deuil périnatal, d'autres ont besoin d'attendre. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon.
On m'avait d'ailleurs donné une réponse très juste sur le forum "toi et ton conjoint trouverez le bon moment, votre moment pour avoir de nouveau un enfant".

J'espère que tu trouveras ici l'écoute que tu cherche et peut être même des réponses
Sache que tu n'es pas seule
Tendres pensées à ta princesse
"J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer.
J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire" Saez
Avatar de l’utilisateur
Agathe
 
Messages: 83
Inscrit le: Mer 06 Mars 2013, 10:48
Localisation: Alsace / Bourgogne

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar Sun » Lun 11 Mars 2013, 21:34

Bonsoir,

mamange a écrit: Et plus rien ne va, je ne cesse de pleurer, une fois mon conjoint parti au travail.
Je m'écroule dans ma douche, de douleur tellement j'ai mal....Mal qu'elle ne soit plus là, mal de tout ce qu'il ne se fera pas....


J'ai connu ces moments là aussi... Et effectivement lorsque mon conjoint est retourné travailler. Tant que le conjoint est là on se soutient à 2 comme on peut, mais lorsqu'il retourne bosser, il retourne à la vie "normale", alors que nous, nous sommes encore plongées dans cet enfer...

mamange a écrit:De plus.... Je ne sais si c'est le fait d'approcher la date de DPA, mais j'ai un immense besoin, un besoin, de materné.... Par moment, j'ai tout simplement, envie de faire sa chambre ( on attendait de savoir le sexe pour commencer), de même prendre une poupée... Mais je me dis Stop arrête ton délire là.


Je comprend également le besoin de prendre une poupée, il n'y a rien de pathologique à cela je pense... Moi j'avais acheté 2 doudous pour mon fils. L'un est parti avec lui, et j'ai gardé l'autre. Je me rappelle les premières fois que j'ai senti le besoin de le prendre dans mes bras, j'en avais honte... Ce n'était pas raisonnable de donner de l'amour à un doudou...
Et puis j'ai réalisé que ce geste me calmait. Je sais parfaitement que ce doudou n'est pas mon fils, je dis d'ailleurs que c'est "le doudou d'Arthur". Ce n'est pas le mien. Mais j'ai l'impression que d'aimer ce doudou que mon fils aurait aussi aimé me rapproche de lui...
Je pense que mon conjoint ne comprenait pas ce besoin. J'évitais de le faire en sa présence, de peur qu'il me prenne pour une folle. Peut être que le tien pourra comprendre ce besoin. Besoin surtout de matérialiser cet enfant qui n'est pas là. Juste une présence pour rappeler qu'il/elle a existé...
C'est d'autant plus dur pour toi que tu as perdu ta petite assez tôt, et que ta douleur est j'imagine encore moins reconnue que lorsqu'on perd son enfant à 9 mois.
Mais les gens se trompent lorsqu'ils pensent qu'on se remet plus facilement de la perte d'un enfant s'il n'a pas vécu hors de notre ventre. C'est l'amour qu'on met en eux qui importe, pas leur âge...

mamange a écrit:Derrière ça, il y a énormément d'angoisse, une anxiété très élevée qui me fait par moment "peter" des plomb ou j'ai juste envie de crier...De crier ma peine, ma douleur..


Et ca aussi j'ai connu... Quelques mois après avoir perdu mon fils, je me suis mise à faire des rêves d'une rare violence. Je me voyais hurler, mais aucun son ne sortait de ma bouche. Les objets se fracassaient contre les murs, se brisaient en marres de sang. C'était vraiment éprouvant, je croyais devenir folle. J'étais complètement isolée géographiquement de tous mes proches, car mon travail m'avait amenée à déménager dans une ville loin de mon conjoint, loin de ma famille, loin de mes amis... Je gardais tout pour moi, mais j'avais envie d'hurler ma douleur.
J'ai vu une psy à l'époque, j'ai pleuré mes hurlements, et ca m'a fait vraiment du bien.
Je parlais un peu sur un autre forum aussi, mais les discussions n'étaient pas si poussées que celles qu'on peut trouver ici, et ce n'était pas suffisant. Et puis j'ai rejoins un groupe de parents endeuillés. Et cela m'a énormément aidée.
Essaie peut être de voir un/une psy aussi, et peut être ce genre de groupe s'il en existe à proximité de chez toi. Ca aide énormément de se libérer de notre douleur, de notre colère, de partager son expérience avec d'autres personnes. Et en plus on a de beaux sourires chaleureux...

mamange a écrit:J'ai l'impression que la maternité pour moi se conjugue avec culpabilité.......

La culpabilité est également quelque chose que nous ressentons toutes à un moment donné. Mais au fond de toi tu sais bien que tu n'as rien à te reprocher. Cette grossesse n'a rien à voir avec l'IVG que tu as eu plus jeune... Tu avais pris à l'époque une décision difficile, mais compréhensible. On veut le mieux pour son enfant, alors quand on ne peut pas lui offrir, il est normal qu'on envisage l'IGV.
Et évidemment, pour ta puce, tu n'as absolument rien à te reprocher...

mamange a écrit:Aujourd'hui, sortir m'ait assez difficile.... Angoisse, plus la réalité, la vie qui vit tout simplement, les femmes enceinte...les poussettes...

Satanées poussettes! Je les déteste aussi !!! :evil:

L'envie de materner reste, c'est normal. Alors on jalouse forcément celles qui ont le droit de materner (les poussettes) ou celles qui ont encore le droit de rêver (les femmes enceintes...). Et penser à un autre enfant, oui. L'envie d'être mère reste là, malgré tout...

Bon courage à toi. Je t'envoie plein d'affection et plein de douces pensées à ta fille
A défaut de porter mon Arthur dans mes bras, je le porte dans mon coeur
Avatar de l’utilisateur
Sun
 
Messages: 55
Inscrit le: Jeu 07 Fév 2013, 21:45
Localisation: Bourgogne

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Lun 11 Mars 2013, 22:16

Je vous remercie énormément pour vos messages.

Agathe : J'ai eu quelques séance avec un psychiatre, qui me suit encore...Et qui m'a suivi à l'hôpital. Mais j'ai mis du temps à prendre contact pour prendre rendez-vous.
Je pensais n'en n'avoir pas vraiment besoin, j'avais reçu une certaine aide... Mais qui n'a pas été suffisante ( je vais dire) cette personne m'a apporter beaucoup avec ce qu'elle pouvait m'apporter par sa propre histoire personnelle.
Ça m'a aidée....ça m'a aidée à me dire, que oui, certains ressentis était normaux, justifié. Certaines sensations aussi, la boule dans la gorge, crise d'angoisses quand je me suis retrouver seule.....

Mais c'est vrai qu'il y a un moment, même si on "sait" qu'il y a des passages à vivre, que c'est normal. C'est dur, très dur d'y voir clair.
Tout comme ce besoin de materné, qui m'était très pénible à ressentir...

Avec mon conjoint, je pense que mutuellement, on essaye de ne pas se montrer notre souffrance, mais par moment, ça craque, on se lâche.
On se dit quelques mots.

Les jours à l'hôpital on été très dur pour tout les deux.....

Mais je suis de nature à ne pas réellement exprimer mes émotions face aux autres.... Je prends sur moi comme je peux, jusqu'à ce que je craque.

Oui les premiers mois.... Je pense qu'avec le recul, je me protégeais plus ou moins de cette vie, qui continuais à vivre.
J'allais juste faire nos courses, mais là, aussi j'étais confronter à des nouveau-né dans leur poussette et c'était pas facile.
Les magasins qu'on à fréquenter pendant la grossesse, je pouvais pas..... tout doucement j'y retourne, parce que, il le faut à un moment ou un autre... Je peux pas continuellement me couper du monde, mais c'est pas facile.

Oui, j'avoue que c'est difficile ce sentiment de trahison... Cette impression. C'est certainement que j'ai besoin encore de temps.
Oui tu le sera au bon moment ;) . Je te remercie beaucoup pour ton message.... Je me fais longue dans mes message, je m'en excuse.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Lun 11 Mars 2013, 22:44

Sun : ( Je préfère faire un message chacune ;) ).

En fait mon conjoint à reprit très vite le travail.... Mais c'était mieux comme ça. Ma maman venait me tenir compagnie, mais j'avais aussi le besoin de me retrouver seule.

Par moment, je regrette, je regrette de n'avoir pas vraiment mis de chose en place pour son arrivée....Mais j'étais loin d'imaginer tout cela, je l'ai vécu au moment même.
Mais c'est vrai que j'aurais aussi voulu lui mettre un petit vêtement, lui donner un doudou.... Mais c'est après, c'est après qu'on y pense....
Sur le moment, c'est l'état de choc.... même shooter par les médicaments.

Par contre, je suis vraiment contente d'avoir vu ma fille, de l'avoir prise dans mes bras, de l'avoir touché.
Ça à été et ça restera ma plus belle rencontre. Elle était si paisible que je l'étais également.

Ma maman et les grands-parents de mon conjoint on pu la voir aussi ( ça m'a beaucoup touché) parce que, elle était si belle, une vrai merveille et elle l'est toujours... Que j'en étais si fière, que j'en suis fière que j'aurais voulu la présenter à tout le monde.
Mais je pouvais pas obliger non plus...... Faut comprendre aussi....

Oui moi ce sont d'autres petites choses qui m'aident....Des choses auxquelles je me raccroche. Nous avons aussi son urne avec des petites décorations tout autour.
Au début...Je comptais disperser ces cendres dans un endroit qu'on aurait choisi.... Ou ou d'autres petits anges se trouve également.
Mais aujourd'hui, je peux pas...j'en ai besoin, besoin qu'elle soit là près de nous...Même si c'est aussi très dur de voir son enfant là au lieu qu'elle soit encore au creux de mon ventre.

Oui les rêves..... J'ai eu des rêves très dur aussi ou finalement je dormais peu.... Mais à force, j'ai craquer, j'étais si vidée de force que je me suis retrouver "obligé" à me reposer.

Il y a eu aussi le passage de la question génétique ou non qui nous perturbait énormément. D'ailleurs j'étais si mal que je n'ai pas su m'y rendre, mon conjoint s'y rendu seul....là aussi après je me le suis reprocher......
Je n'ai pas d'ordre génétique.

Oui il y a des moments ou je m'écroule de pleure..... Ou j'aurais envie de crier, mais je me retiens. J'ai déjà penser à aller en forêt et crier encore et encore.....


Oui c'est sur mais la culpabilité est très présente..... Et pourtant comme on me la bien fais remarquer à l'hôpital, j'ai fais ce que j'ai pu.
J'ai stopper illico la cigarette, les médicaments ( bien avant d'arrêter ma pilule au cas ou)... Quand j'étais pas bien, je voulais rien prendre.
Je tendais de pas trop me plaindre de mes désagréments de la grossesse ( nausées, vomissements, hyper salivation, boutons, maux de ventre) certes je craquais par moment... Mais c'était pas si grave au final.
Et même si c'était pas facile.... Si on m'aurait dit que je garde ces désagréments tout au long de la grossesse mais que ma fille soit en bonne santé. J'aurais pris, oh que oui....

Je te remercie énormément pour ton message.

Le plus dur c'est que par moment, c'est comme si j'avais cette sensation bizarre comme si elle s'éloignait et ça me rend dingue !!!! Parce que, elle est là et sera toujours dans mon cœur, dans nos cœur.

Je l'aime tant, mais elle me manque tellement.... Ma princesse.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar sandy49 » Lun 11 Mars 2013, 23:59

Bonsoir Mamange

Sois la bienvenue parmi nous... La perte d'un enfant est une épreuve bien cruelle, mais le fait de pouvoir échanger permet parfois de soulager un peu nos épaules, permet de prendre un petit peu de recul face à tous les sentiments plutôt négatifs qui nous assaillent, et donne un peu d'espoir... Ca fait du bien de savoir qu'on n'est pas seule, que d'autres ont vécu le même drame et qu'elles ont trouvé la force d'aller de l'avant en gardant une place à part entière à leur petit ange... J'espère qu'ici tu trouveras un réconfort qui t'apportera plein de douceur.

Ce mois-ci j'aurais du accoucher, à la fin du mois.... Et plus rien ne va, je ne cesse de pleurer, une fois mon conjoint parti au travail.

La DPA est un cap à passer.... J'ai été très mal à cette période... D'une part, cette date symbolisait, si tout s'était déroulé normalement, la date présumée de ma rencontre avec ma puce. Rien que d'y penser j'en étais malade. D'autre part, j'ai vécu cette DPA comme une fin, la fin de ma grossesse, la fin de ma relation avec ma fille, l'impression de l'abandonner une nouvelle fois. Tous les jours jusqu'à cette date, je me disais : "peut-être qu'elle serait née aujourd'hui". Psychologiquement, je la portais encore... Je savais qu'une fois la DPA passée, je ne pourrais plus me poser cette question, que quelque part, le lien, le cordon serait rompu.... Pour moi, c'était terrible...

un besoin, de materné.... Par moment, j'ai tout simplement, envie de faire sa chambre ( on attendait de savoir le sexe pour commencer), de même prendre une poupée

Perso, j'avais besoin de remplir mes bras vides... Je passais beaucoup de temps, un oreiller dans les bras, que je serrais en me balançant...

Aujourd'hui, sortir m'ait assez difficile.... Angoisse, plus la réalité, la vie qui vit tout simplement, les femmes enceinte...les poussettes

J'ai mis du temps avant d'affronter le monde à nouveau.... Je ne voulais plus sortir de chez moi... Peur de croiser des gens qui me poseraient des questions, peur de leur réaction, peur de me confronter aux regards des autres..... J'allais juste à mes RV avec la psy... Je n'étais bien que chez moi. Je ne supportais plus de voir la terre tourner, les gens vivre alors que pour moi, le temps s'était arrêté, que j'étais brisé. C'est revenu tout doucement, petit à petit, mais c'est revenu. Il te faudra certainement un peu plus de temps, compte-tenu de tes antécédents, mais un jour ou l'autre les choses reviendront.

J'ai l'impression que la maternité pour moi se conjugue avec culpabilité.......

Ce n'est qu'une impression ma belle..., un sentiment, mais en aucun cas la réalité.... Face à l'incompréhensible, on se rattache à des raisons toutes plus insensées les unes que les autres. On cherche un coupable et comme il n'y en pas un tout désigner, on retourne la culpabilité vers nous, car on se sent coupable de ne pas avoir su protéger notre enfant. C'est ainsi une maman se sent toujours responsable du sort de son enfant, même si elle n'est pas coupable. Ne vois pas la maladie et le décès de ta princesse comme une punition à la décision que tu as prise auparavant. C'est un "accident" (j'aime pas le mot mais je n'en trouve pas d'autre) de la nature. personne n'est coupable! Vous êtes victimes!

Ton envie d'avoir un autre enfant est aussi légitime.... Nombre d'entre nous ont ressenti cette envie, ce besoin... plus ou moins rapidement. Il n'y a pas de règles. Chacun fait comme il veut et comme il peut!

Je te laisse et t'envoie plein de douceur....

Tendres pensées à ta princesse
Avatar de l’utilisateur
sandy49
 
Messages: 296
Inscrit le: Lun 16 Mai 2011, 19:00

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Mar 12 Mars 2013, 00:40

Sandy : Je te remercie beaucoup pour ton message. Je venais justement t'en lire d'autres, d'autres de tes réponses, du soutiens que tu apportes à tous ;) .

C'est aussi, ce que je ressens.... Souvent, je me demande comment serais-je, comment serais mon ventre etc.... De plus via réseau social, plusieurs de mes amies sont enceinte et dans les mêmes dates....
Bizarrement, je regarde leur photo de leur ventre, de leur nouveau-né.... Par moment, je me demande si je suis tout à fait juste, si je suis pas en train de me faire encore plus de mal qu'autre chose....
D'ailleurs, j'ai mis du temps à retourner sur ce réseau social.....Peur d'être confronter à ce moment là justement au photo.

Personnellement, je n'avais pas annoncer ma grossesse en grand "titre" façon de parler....Je l'avais annoncer à certaines personnes et je le regrette. Même si au moment même, c'était juste nous, rien que nous. Mais je veux dire par là, que socialement, je suis pas réellement entouré d'ami(e)s... Pour diverses raisons et que beaucoup de monde partage via justement ces réseau sociaux et qu'aujourd'hui peu de personne connaisse l’existence de ma princesse.
Et ceux qui savent....Oui j'ai eu des mots au début et aujourd'hui...... Il y a plus rien.....
Même les amis proches de mon conjoint n'en parle pas..... Et avec mes proches ( ma maman, mon conjoint) c'est bizarre..

Encore la tantôt, j'étais contente, parce que, justement, j'ai enfin afficher quelques chose par rapport à ma princesse sur ce réseau social.
J'en parle, je lui montre et puis elle me parle d'une amie ( connaissance) qui est enceinte qu'elle à vu avec sa petite fille.... C'était terminer, je me suis refermer sur moi-même. On en à reparler par la suite de ce que j'avais fais, ça m'a fait plaisir.... Mais je sens bien que les mots n'ose se dire, que la douleur est encore bien là.
Je lui en veux pas.... Ce n'est pas volontaire de sa part...Mon conjoint aussi à eu des propos assez dur, mais lui le vivait à sa façon.
Quand je dis "dur" lui avait besoin d'aller justement à l'encontre d'autres enfants, les petites filles de son meilleur ami....Moi de mon côté, je me sens incapable....je m'étais déjà tant imaginer, les promenades, les fêtes d'anniversaires toutes ensembles.
D'ailleurs j'avais une photo et je l'ai retourner et je l'ai pas encore remise à sa place......

( je m'égare....)

Le balancement.... Oui je le fais également en me tenant le ventre...... J'avais pas penser au coussin.

Je comprends tout à fait. Bizarrement au début, j'ai tout fait ( façon de parler) mais en fait, je vivais dans un monde parallèle, comme si tout ça n'avait pas eu lieu, que j'étais toujours enceinte.
J'ai affronter les gens...Je leur disais fièrement, c'est une petite fille.... Je sortais. Puis j'ai certainement réaliser et là....Je me suis complétement refermer.
Je n'allais plus chez ma maman, je sortais plus....... Aujourd'hui, oui petit à petit ça reprend, mais c'est loin d'être ça...

Oui la culpabilité, tout à fait, je n'ai pas su mener ma grossesse à terme.....J'ai l'impression de pas en avoir assez fait pour ma fille.
Parfois, je doute même de notre décision..... Mais de l'autre, sa malformation lui aurait entrainer beaucoup de conséquence et ce n'était pas certain qu'elle survive à l'accouchement. Mais parfois j'ai l'impression que ça m'a été dit pour me déculpabiliser....

Et quand je parle de trahison, ce sentiment de trahison à penser à une petite sœur ou un petit frère je pense qu'il vient de là....De cette sensation, de ce sentiment de ne pas avoir fait tout ce que je pouvais faire pour elle......Et forcément mon sentiment de culpabilité se renforce.....

Merci beaucoup encore pour ton message.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar sandy49 » Mar 12 Mars 2013, 14:12

Mamange,

Juste quelques mots, pour rebondir à quelques phrases, avant de reprendre le travail....

Parfois, je doute même de notre décision..... Mais de l'autre, sa malformation lui aurait entrainer beaucoup de conséquence et ce n'était pas certain qu'elle survive à l'accouchement. Mais parfois j'ai l'impression que ça m'a été dit pour me déculpabiliser

Malheureusement, cette situation est un grand dilemne.... Quelle que soit la décision, il y a souffrance à la clé.... Ce qui est est important c'est que cette décision a été une décision d'amour, que vous avez pris pour épargner d'autres souffrances à votre puce... Je travaille auprès d'adultes polyhandicapés... Une de mes grandes craintes était d'être confronté à cette question de l'IMG. J'adore mon boulot, mais je suis pas sûre que j'aurais réussi à assumer en tant que mère. J'en sais rien et je suis bien contente de ne pas avoir eu à prendre de décision.

Et quand je parle de trahison, ce sentiment de trahison à penser à une petite sœur ou un petit frère je pense qu'il vient de là....De cette sensation, de ce sentiment de ne pas avoir fait tout ce que je pouvais faire pour elle......Et forcément mon sentiment de culpabilité se renforce.....

Inconsciemment il y a la peur d'oublier notre ange, la peur que ce nouvel enfant vienne prendre sa place... C'est ambivalent, on désire ce nouvel enfant et en même temps par "loyauté" vis à vis de celui disparu, on culpablilise... On a l'impression de trahir ce dernier... Or, un enfant n'efface pas l'autre... Chacun a une place dans le coeur d'une maman... Linaëlle (mon ange) occupe la même place que ses soeurs dans mon coeur. Je pense souvent "3", même si dans la réalité elles ne sont que 2. Linaëlle est associée : "tiens si elle avait été là...."

Il faut du temps pour assimiler les évènements, apprendre à faire autrement que ce qu'on imaginait faire.... On apprend à "faire avec"... Peu à peu, la douceur se réinstalle petit à petit, le goût à la vie revient, alors qu'on était sur le mode survie.... Mais oui, il faut du temps pour cicatriser les blessures... Ces dernières ne disparaissent pas... Elles se rappellent à nos souvenirs de temps en temps (notamment aux dates anniversaire), changent notre regard.... Mais une vie après un tel drame est possible...

Bon courage
Avatar de l’utilisateur
sandy49
 
Messages: 296
Inscrit le: Lun 16 Mai 2011, 19:00

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar Agathe » Mar 12 Mars 2013, 14:42

sandy49 a écrit:Je travaille auprès d'adultes polyhandicapés... Une de mes grandes craintes était d'être confronté à cette question de l'IMG. J'adore mon boulot, mais je suis pas sûre que j'aurais réussi à assumer en tant que mère. J'en sais rien et je suis bien contente de ne pas avoir eu à prendre de décision.


Ah tiens, je travaille avec des enfants et jeunes adultes atteins d'un handicap moteur. Je me suis aussi posée la question pendant ma grossesse "et si ..." . C'est certain la décision, quelle qu'elle soit, est propre à chacun et laisse indéniablement des traces.
"J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer.
J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire" Saez
Avatar de l’utilisateur
Agathe
 
Messages: 83
Inscrit le: Mer 06 Mars 2013, 10:48
Localisation: Alsace / Bourgogne

Re: Une maman qui souffre....

Messagepar mamange » Mar 12 Mars 2013, 15:45

Sandy :

Je te remercie pour ton message et le temps que tu m'y/ nous consacre... Une amie qui à également travailler auprès d'enfants handicapé, m'a "réconforter" d'une certaine manière dans notre décision....
Oui ce que j'y retiens particulièrement, ce sont les phrases que l'on m'a dit à l'hôpital qu'elle n'avait pas connue la souffrance et ça c'est aussi très important pour moi, pour nous.

Mais la question se pose à un moment ou un autre....Était-ce la bonne décision à prendre ?? J'ai eu besoin de faire des recherches par rapport à cette malformation...Certains témoignages, m'ont réconforter dans notre décision, d'autres non....
Mais je tente de me dire, que nous l'avons laisser partir, s'envoler pour un monde meilleur.

Tu as tout dit....Je n'aurais pu l'exprimer autrement. Et comme tu le dis c'est ambivalent, contradictoire tout se mélange et ça apporte de la confusion et tout autre sentiments, comme celle de la trahison, de la culpabilité.

En tout cas, je te remercie beaucoup pour ton message.

D'ailleurs aujourd'hui, je suis arriver à dire à mon conjoint certaines choses......Que le fait de pas en parler, c'est comme ci tout ça je ne l'avais pas vécu.
D'une certaine façon.... Je pense que c'est des situations tellement choquante... Qu'on s'y protège inconsciemment.
C'est comme si on m'avait enlever mon accouchement..... Mais c'est aussi une impression, parce que je l'ai vécu.
D'ailleurs j'ai pas eu un accouchement des plus facile ( 2péridurale....) mais d'une certaine façon, je ne regrette pas.


Agathe : Merci pour ton message ;) .

Merci à vous toutes. De tendres pensées à tous nos petits anges.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Suivant

Retour vers Discussions sur le deuil de nos enfants, témoignages

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron