Dans mon coeur

Re: Dans mon coeur

Messagepar MamaSu » Ven 15 Mars 2013, 16:28

Sandy, merci. Ta réponse me donne une petite touche d'espoir, et, comme un tableau, j'espère bien que ses petites touches, peu à peu, raviveront les couleurs de la vie. Car, quelque part, au fond de moi, j'y crois fort. Même si se mêle un étrange sentiment de culpabilité, m'en sortir à tout prix, nous en sortir, moi et mon chéri, alors que notre petite puce n'a pas eu sa chance, n'a plus sa chance...
Satanée culpabilité. Des journées la tête remplie de "et si..." parce que si j'avais su, bien sûr, j'aurais foncé à la clinique bien avant. Sans connaitre encore les résultats de toutes les analyses, je sais maintenant que Suzie s'est éteinte lentement en moi, je le sais, je le sens. J'ai du le savoir sur le moment mais j'étais trop occupée à être heureuse, à attendre la rencontre, comment imaginer la séparation ?
As-tu d'autres enfants ? Ou as-tu le désir d'en avoir d'autres ? Pour ma part, je le désire très fort, je rêve de jumeaux pour que rien ne se rapproche de Suzie, si c'est un garçon, je regretterai la petite fille, et si c'est une fille, quel danger pour elle et quelle angoisse pour moi, de la confondre, de lui faire mal... bien malgré moi.
Et oui, la confiance en ma capacité d'être (bonne) mère en a pris un sacré coup. Mais rien que de te lire, de savoir que toutes les mamans ressentent cela (hélas), ça me fait du bien. Je suis juste normale. Dans cet épisode où plus rien ne semble avoir sa place.

Agathe, j'ai ce désir tout simple aussi : sentir le soleil sur la peau. Il y a une quinzaine d'année, j'ai eu une grosse opération, et je garde le souvenir de ma sortie (faisant suite à 4 semaines d'hospitalisation), le ciel était bleu, il y avait un filet d'air et du soleil. La vie. Je me souviens de ce sentiment de vie.
Moi, j'ai commencé (je crois) à lâcher après les obsèques. Car jusque là, mes émotions étaient... absentes, ou décalées, je ne sais pas. Encore certains jours, je ne me comprends pas, je n'éprouve plus rien et me sens une mauvaise mère. C'est un déchirement. Rester vivant. Mais les larmes ne me font pas encore de bien, ce sont des larmes qui serrent, qui tenaillent. J'attends les suivantes, j'attends qu'elles me lavent...
Parce que mes larmes sont pour ma fille. J'ai une douleur très vive pour elle. Pour sa souffrance, sa solitude.
Mon conjoint veut un autre enfant, tout de suite, je commence à glisser vers cette idée, au départ, ça me tordait juste le ventre, je ne voulais que Suzie. Nous réagissons tous différemment mais au moins, il y a ça de rassurant, que dans le couple, il y en a un qui permet aux deux de rester debout et d'avancer. Mais ayant eu une césarienne, nous devons attendre 9 mois selon le gyneco pour songer à une autre grossesse, un temps sûrement nécessaire pour ne pas tout mélanger... Je vous souhaite à vous aussi de trouver le bon moment, la bonne envie...

bonne journée chères mamans
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Dans mon coeur

Messagepar sandy49 » Ven 15 Mars 2013, 16:57

Mamasu,

La vie est pleine de surprises, bonnes ou mauvaises.... Nous avons mis 5 ans (traitement, insémination et FIV) à avoir notre petite Linaëlle en 2009... Malheureusement, son coeur s'est arrêté à 34 SA... Beaucoup de larmes ont coulé, avant qu'elles me fassent du bien... Au début, juste une impression de bouillonnement, de trop plein d'émotions impossible à faire sortir... Et j'ai eu peur, peu d'exploser, peur de devenir folle et finir en HP, tellement c'était violent.... Fin 2010, nous nous sommes redirigés vers la PMA, pour un transfert d'embryon congelé (le "frère" de celui qui nous avait donné notre ange)... Cela n'a pas marché... En février 2011, nouvelle FIV. On me transfert, 1 embryon. Lors d'une première écho, à 8 SA, on m'apprend qu'en fait l'embryon s'est scindé et que j'ai, du coup, une grossesse gémellaire monochoriale (1 seul placenta), bi-amniotique (2 poches).... Je n'ai pas du tout bien vécu cette grossesse, dite à risque, et ai continué à voir ma psy.. Peur d'en perdre 1, voire les 2.. On me parlait de l'après-grossesse "ça va être du boulot! T'as pas peur?" Non, j'ai pas peur! J'ai peur qu'il arrive quelque chose avant! En octobre 2011, j'ai eu mes 2 poupettes. Souvent, je me dis que s'il ne nous était pas arrivé ce drame, peut-être que nous ne connaîtrions pas ce bonheur actuel! Une chose est sûre, c'est que je savoure chaque moment passé avec mes filles, tout en gardant une pointe d'amertume en pensant qu'il y aurait dû y avoir notre plus grande.

Bien à toi!
Avatar de l’utilisateur
sandy49
 
Messages: 296
Inscrit le: Lun 16 Mai 2011, 19:00

Re: Dans mon coeur

Messagepar Sun » Ven 15 Mars 2013, 23:17

MamaSu a écrit: Satanée culpabilité. Des journées la tête remplie de "et si..." parce que si j'avais su, bien sûr, j'aurais foncé à la clinique bien avant. Sans connaitre encore les résultats de toutes les analyses, je sais maintenant que Suzie s'est éteinte lentement en moi, je le sais, je le sens. J'ai du le savoir sur le moment mais j'étais trop occupée à être heureuse, à attendre la rencontre, comment imaginer la séparation ?

Tu n'as évidemment pas à culpabiliser MamaSu! Toute femme qui est à quelques jours ou semaines de la naissance est juste heureuse, et éventuellement aussi angoissée vis à vis de ses capacités à prendre soin de l'enfant, mais aucune n'imagine que l'enfant qu'elle porte peut s'éteindre. C'est juste inconcevable de perdre un enfant à ce stade et si nombre d'entre nous ont senti que "quelque chose clochait", aucune n'a pris conscience de l'ampleur du problème avant qu'il soit annoncé par le gyneco... Ca ne fait pas de nous de mauvaises mères, c"est juste un mécanisme psychologique qui fait qu'on rejette une idée complètement inconcevable.
Moi je m'en suis voulue d'avoir été chez le coiffeur le jour où pourtant je ne sentais vraiment plus mon fils bouger (la veille il bougeait encore vaguement). Ma mère m'avait dit "il se repose avant l'accouchement", et je m'accrochais dur comme fer à cette idée ... Je voulais me faire belle pour lui. J'avais perdu le bouchon muqueux, et était persuadée que j'acoucherai le lendemain (ce qui a été effectivement le cas, ils ont à peine eu besoin de déclencher l'accouchement...).
J'ai mis un an avant de retourner chez le coiffeur... Et j'ai d'ailleurs détesté la coiffeuse qui a coupé 15 cm de cheveux en 30 secondes top chrono ! Si elle avait su ce que ce geste représentait pour moi...


MamaSu a écrit: je rêve de jumeaux pour que rien ne se rapproche de Suzie, si c'est un garçon, je regretterai la petite fille, et si c'est une fille, quel danger pour elle et quelle angoisse pour moi, de la confondre, de lui faire mal... bien malgré moi.

Ah carrément les jumeaux? :D Effectivement, moi même je me disais qu'une fille après Arthur ce serait bien, juste pour ne pas projeter sur ce petit garcon les rêves que j'avais fais pour Arthur... Maintenant ca m'est égal en fait. Un enfant en bonne santé, ce sera déjà merveilleux...

Tu seras dans tous les cas une bonne mère, tu nous le montres déjà. Tu dis avoir l'impression de ne rien ressentir parfois, et pourtant tu nous écris très souvent, ce qui est le signe que tu bouillonnes de ressentis... Alors si, tu ressens beaucoup de choses, même si tu n'en as peut être pas conscience. On lit dans tes mots de la souffrance c'est sûr, mais aussi tout l'amour que tu as pour ta fille...
Prend le temps qu'il te faut pour te relancer dans une grossesse. Là dessus, il n'y a pas de règle... Ce n'est pas parce que vous vous lancez ton conjoint et toi rapidement dans une autre grossesse que ta fille n'aura plus de place! Mais il est vrai qu'il faut du temps pour que le corps aille mieux, et que l'esprit accepte ce nouveau chamboulement d'hormones et les angoisses qui iront avec...

Passe un bon week end, et belles pensées à ta Suzie
A défaut de porter mon Arthur dans mes bras, je le porte dans mon coeur
Avatar de l’utilisateur
Sun
 
Messages: 55
Inscrit le: Jeu 07 Fév 2013, 21:45
Localisation: Bourgogne

Re: Dans mon coeur

Messagepar Agathe » Sam 16 Mars 2013, 11:56

MamaSu a écrit: Pour ma part, je le désire très fort, je rêve de jumeaux pour que rien ne se rapproche de Suzie, si c'est un garçon, je regretterai la petite fille, et si c'est une fille, quel danger pour elle et quelle angoisse pour moi, de la confondre, de lui faire mal... bien malgré moi.

Et oui, la confiance en ma capacité d'être (bonne) mère en a pris un sacré coup. Mais rien que de te lire, de savoir que toutes les mamans ressentent cela (hélas), ça me fait du bien. Je suis juste normale. Dans cet épisode où plus rien ne semble avoir sa place.


Je vis comme toi cette peur pour cette prochaine grossesse, ce serait tellement "plus facile" que ce soit une fille... Mais si c'était un garçon ...
Ce serait le petit frère d'Axel. J'essaye de m'ancrer cette idée dans la tête. J'avais entendu parler de la notion de "bébé espoir". Ces mots m'avaient choqués. Quelle dure entrée dans la vie pour ce petit être qui viendrait au monde, faire reposer sur ses si petites épaules un poids si énorme. Celui d'être mieux que l'enfant que nous n'avons pas connu, qui ne peut être que parfait à nos yeux de mère... Ma gynéco, a qui j'en ais parlée, m'a dit que les mères qui vivaient une 2nde grossesse (suite à un décès périnatal) vivaient bien sûr une "grossesse espoir", mais qu'une fois le bébé arrivé, c'est leur autre enfant qui vient au monde.
Et je me dis que rien d'entendre son 1er cri ... ça ne peut pas être pareil que cette 1ère fois, quand on a connu le silence.

Ce qui me fait également peur, ce sont les autres bébés... Je connais quelqu'un dans mon entourage qui a accouché le 12 février 2013, à la même date que moi. C'est "heureusement" une petite fille... Mais je n'oublierais jamais sa date anniversaire, c'est certain !
Mais j'ai aussi la femme d'un cousin qui est enceinte et le terme était prévu à 2 mois d'écart... Nos grossesses nous avaient permis de nous rapprochées, nous prenions des nouvelles régulièrement l'une de l'autre... Je n'ose plus lui demander de nouvelles. Je veux la laisser dans la magie de ce dernier mois, dans cette impatience et insouciance (même si je me doute que ce doit être terrible pour elle, de savoir la perte d'Axel, de savoir que cela existe...).
Ils n'ont pas voulu savoir connaitre le sexe de leur bébé... Je suis dans l'attente de la nouvelle, de savoir qu'elle a accouché, et j'espère tout au fond de moi que ce soit une petite fille ... Car je me demande au fond de moi, si c'est un garçon... comment pourrais-je le regarder grandir sans me demander comment aurait été mon fils, me demander s'ils se seraient bien entendu tous les deux... Sans sentir une jalousie certaine envers eux ...

MamaSu ... Je pense que si nous nous posons déjà toutes ces questions, et que nous arrivons à les exprimer, cela fait de nous de (bonnes) mères. Ok j'ai peut être besoin de me rassurer par la même occasion, mais je pense que nous faisons ici un travail énorme, pour éviter de "confondre" nos enfants, et que si cela devait arriver, nous saurons écouter et reconnaître nos sentiments, pour ne pas que nos enfants en pâtisse.
Car une chose est certaine, nous n'oublierons jamais nos petits, ils ont une place toute particulière dans nos coeurs, que rien ni personne ne viendra jamais remplacer.

Très chères mamanges, je pense bien à vous,
A ces belles rencontres que nos petits anges nous font faire

(je sais que certaines mamanges se diront "je me serais bien passée de ces rencontres, j'aurais préféré pouvoir serrer mon enfant contre moi", moi aussi je le pense parfois, mais il est ainsi, et je suis reconnaissante du soutien, de l'écoute et du partage que je trouve ici)
"J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer.
J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire" Saez
Avatar de l’utilisateur
Agathe
 
Messages: 83
Inscrit le: Mer 06 Mars 2013, 10:48
Localisation: Alsace / Bourgogne

Re: Dans mon coeur

Messagepar MamaSu » Sam 16 Mars 2013, 15:11

Et je me dis que rien d'entendre son 1er cri ... ça ne peut pas être pareil que cette 1ère fois, quand on a connu le silence.

Oui... c'est si vrai... Mais étrangement, j'avais la tête pleine de bruit. Mon chéri dit que Suzie n'a été que silence, le silence de mon ventre, le silence de sa vie... c'est tellement vrai. Mais je n'y entends que du bruit...
Agathe, j'ai la même peur que toi, les bébés miroirs de Suzie. Jouxtant notre jardin, une maison en vente depuis an vient juste d'être achetée... à un couple qui attend leur premier enfant. Cette nouvelle m'a anéantie, un bébé pour 2013... et si c'était une fille ? Un bébé qui va grandir. Je te souhaite beaucoup de courage pour "affronter" l'image de ce petit être à venir dans ta famille.
Les pleurs des autres, les mots de leurs parents, oui, tout heurte. ce sont des peines qu'on n'imaginait pas. Ce ne sont pas des voix d'enfant comme ça parce qu'on en veut un et qu'on n'en a pas; ce sont les voix de notre enfant. De ton fils et de ma fille. Des petits bébés de nous toutes ici.

Moi je m'en suis voulue d'avoir été chez le coiffeur le jour où pourtant je ne sentais vraiment plus mon fils bouger (la veille il bougeait encore vaguement). Ma mère m'avait dit "il se repose avant l'accouchement", et je m'accrochais dur comme fer à cette idée ... Je voulais me faire belle pour lui.

Merci Sun pour ton message, comme c'est bon de te lire, d'observer encore une fois ma normalité... Je trouve ton anecdote bouleversante... Moi je me suis achetée une paire de petite boucles d'oreilles en or pour ne pas avoir à mettre et enlever des boucles matin et soir, pour rester belle et féminine, pour mon homme, mais aussi pour ma fille, que les premières images de sa maman soient des images de beauté.

Sandy, te savoir maman de cette paire de merveille me rend très heureuse pour vous, pour toi, quel combat vous avez du mener et quelle joie émane de tes mots aujourd'hui. Tes messages me donne le sourire à tous les coups. Ainsi, on n'oublie pas, et pourtant on est en vie, heureux. Merci.

Quelle paix et quelle douce intelligence je trouve ici.
ça aide énormément.

Maman de Suzie
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Dans mon coeur

Messagepar anais et mathieu » Jeu 21 Mars 2013, 23:28

La notion de bebe espoir est en effet une drôle d expression qui au fond ne signifie pas grand chose ... Mais elle et pourtant tellement vrai .

La grossesse d après est complexe , mais elle se traverse avec de hauts et des bas ... Les moments d espoir s'enchaînent avec les moments de doute et vice et versa ...
Je crois que le terme espoir ne signifie pas le souhait de la perfection pour l 'enfant à venir... Ca serait trop lourd à porter et irresponsables de notre part . En effet, nous aurions toutes tendances à idéaliser nos enfants décédés . Mais si un travail personnel est fait, si le deuil se déroule normalement, je pense qu' il n y a pas de confusions possibles .

Du moins ce n est pas comme ça que je définirais ce mot bébé espoir ... . Pas facile à définir pour autant ...

Gaétan est mon espoir , mon combat , ma victoire , mon cadeau . Voilà un petit peu le cheminement dans lequel je situe cette expression de bebe espoir .


Agathe, mamasu, avant que l on m annonce le sexe de mon enfant, comme vous je me disais , si c est une fille, ça sera certainement plus simple ... Je ne suis pas sûre que ça aurait été le cas... Bien entendu, lors de l annonce, ça m' a chamboulé quelques jours car au départ j ' avais peur de faire l amalgame entre mes 2 grossesses et mes 2 fils et qu aux yeux des gens ça soit pas clair ... Et puis au fil du temps, je me suis rendue compte de la joie d offrir à nouveau un garçon à mon mari . Ne vous faites pas de souci pour ça ... Les choses se font assez naturellement ...

Je vous embrasse et pars faire dodo !!

Anais
le bonheur finit toujours par triompher, il faut juste y croire ... Mamange de Maxime décédé in utéro à 39 SA le 30 septembre 2010, et Maman de Gaëtan , né le 8 janvier 2012 . Je vous aime mes amours.
anais et mathieu
 
Messages: 298
Inscrit le: Sam 18 Juin 2011, 18:42

Re: Dans mon coeur

Messagepar Sun » Ven 22 Mars 2013, 00:58

Bonsoir,

C'est vrai que moi aussi je trouve le terme "bébé espoir" un peu troublant. J'ai l'impression qu'en mettant le mot "espoir" après celui de "bébé", on formule la crainte que la grossesse ne se finisse pas bien non plus. En "espère" qu'elle se passera bien, alors que normalement, on ne devrait même pas se poser la question et juste savourer (enfin, j'extrapole peut être le terme "bébé espoir", mais j'essaie tout en vous écrivant de comprendre pourquoi il me gêne ce terme!)
Et puis de mettre un mot, quel qu'il soit après le mot "bébé", ca signifie aussi que cet enfant à naître est lié à une autre histoire, celle de son grand frère ou de sa grande soeur... Et moi je crois que le jour où je serais (j'espère) de nouveau enceinte, je préfèrerai considerer ce bébé uniquement comme un bébé, qui a (il est vrai) une histoire familiale atypique, mais qui reste un bébé en tant que tel. Donc ce sera un "bébé" tout court :)

Je crois que les craintes de ne jamais plus être mère nous ont toutes traversé l'esprit. On angoisse à l'idée de cet autre deuil possible. En me séparant de mon conjoint à 34 ans, j'ai effectivement cette crainte. Pas à cause de ma fertilité (enfin, un peu si quand même :? ), mais surtout parce que je me dis que je ne serais jamais capable d'aimer un autre homme au point de vouloir un enfant de lui...
Il y a eu cette période aussi, où je psychotais sur ma santé. J'avais peur qu'on me trouve un cancer ou un autre truc calamiteux! J'ai lu avant hier dans un bouquin que ca pouvait effectivement arriver chez les mamanges de psychotter sur leur santé... C'est rigolo de se lire dans un catalogue de "symptomes du deuil"! :D

Enfin bref, je crois que nos craintes de ne plus avoir d'enfant, ou craintes d'emmêler nos sentiments par rapport à un futur enfant s'envoleront le jour où on sera de nouveau enceintes. Parce que l'idée de ce nouvel enfant aura germé depuis longtemps, ou aura pris le temps de germer pendant 9 mois, et qu'il aura toute sa place...

Au dodo à mon tour !
Je vous embrasse toutes, et envoie quelques brassées de belles pensées à vos anges

Sun
A défaut de porter mon Arthur dans mes bras, je le porte dans mon coeur
Avatar de l’utilisateur
Sun
 
Messages: 55
Inscrit le: Jeu 07 Fév 2013, 21:45
Localisation: Bourgogne

Re: Dans mon coeur

Messagepar mamange » Ven 22 Mars 2013, 01:20

Sun,

Comme vous toutes, vous exprimez, vous arrivez à mettre ces mots, ces mots qui veulent tant dire....

Tendres pensées à tous nos petits anges.
Ma princesse, je t'aime, nous t'aimons tellement...
Avatar de l’utilisateur
mamange
 
Messages: 107
Inscrit le: Mar 20 Nov 2012, 16:01

Re: Dans mon coeur

Messagepar MamaSu » Ven 29 Mars 2013, 23:57

Cinq semaines et quelques poignées de temps...
Quatre semaines, un ami composait cette musique pour toi petite puce.
Quatre semaine que du matin au soir, la musique chante dans ma tête, c'est un peu de ta voix, de tes mains serrées autour de mon coeur. Un éternel câlin.
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Dans mon coeur

Messagepar Sheherazade » Sam 30 Mars 2013, 22:13

Bonsoir MamaSu,

Il m'a fallu un peu de temps pour te retrouver;) je n'ai pas vu de post de présentation aussi je suppose que c'est celui qui fait office de ...

Et bien m'en a pris! Il y a une telle similitude dans nos expériences: Benjamin est né par césarienne, le jour du monitoring de fin de grossesse au cours duquel la sage femme le trouvait trop calme ( il avait toujours était calme pour moi!) la journée à été rocambolesque puisque j'ai eu trois monitoring d'une heure, entre temps je suis rentrée chez moi faire ma valise au cas où, puis il y a eu cette échographie en cours d'aprés-midi et puis tout à été trés vite... Mon mari a pu me rejoindre pour assister à la césarienne, Benjamin n'a pas pu être réanimé, le vide, je l'ai tenu dans mes bras un peu plus tard ( je n'ai pas réussi tout de suite) en salle de réveil...

Pour ce qui est de la suite, on ne s'est pas quittés avec mon mari pendant des mois (1ère nuit séparés le lendemain de la naissance du petit frêre de B.) et effectivement j'en avais besoin. Cela nous a unis contre le reste du monde. Je garde encore en mémoire le réconfort de nos nuits collés dans les bras l'un de l'autre, seuls au monde avec notre chagrin mais tellement forts de cet amour pour notre fils. Le retour au travail, le sien, puis le mien très vite ( j'ai raccourci mon congès post-natal) ont été difficiles mais on avait instauré la fin de nos journées à 18h00 et le fait de s'appeler dès que l'on avait un coup de blues... Cela nous a été très profitable associé à quelques vacances au bord de l'océan,,,

Concernant la césarienne, le lendemain quand j'ai parlé à la sage femme d'une autre grossesse, elle m'a dit 18 mois. J'ai cru mourir encore une fois, puis le soir, mon médecin m'a dit 9 mois à un an, 6 mois c'était un minimum. En effet, il y a un risque de rupture utérine. Puis deux mois plus tard (moment ou j'ai cru pouvoir être enceinte alors que biologiquement parlant c'était impossible) lors de l'examen post-natal, il m'a montré les points de suture de mon utérus (échographie) et j'étais effondrée à nouveau. Il m'a alors dit: pas moins de 3 mois, c'est un impératif. Il ne m'en a pas fallu plus pour convaincre mon mari qui avait aussi son mot à dire.

Tout s'est bien passé, j'ai quand même un peu psychoté sur le risque de rupture vers 6 mois. Lors de l'accouchement mon médecin à paru également soulagé. Il a été intransigeant sur la suite ( en sortie de maternité) en me prescrivant une pilule et une pilule du lendemain. Hors de question pour lui d'une troisième grossesse avant 1 an! J'en ai ri, mais avec le recul je crois que j'ai pris un risque que lui seul a calculé, et qu'il était bien plus inquiet que moi... Paradoxalement, j'avais une grande confiance en mon corps à ce moment là, et si c'était à refaire, je refairais surement la même chose mais j'ai bien vu dans son attitude que j'avais été inconsciente et que seule la naissance de Jéréme me donnait raison... Et si cela s'était mal passé :/

Aussi, je ne te dirais pas de foncer. Par contre écoute ton corps, parles à ton médecin, vois avec ton mari... Peut-être que cela sera possible pour toi aussi, mais je sais que la vue de mes points utérins m'avait bien calmée... Mais j'ai toujours été une forte tête en matière médicale...

Bon courage MamaSu,
Et douces pensées pour Suzie
"Être heureux, ce n'est pas forcément être joyeux, c'est être pleinement présent à ce que nous vivons" Thomas d'Ansembourg
Avatar de l’utilisateur
Sheherazade
 
Messages: 61
Inscrit le: Lun 16 Mai 2011, 09:05

PrécédentSuivant

Retour vers Discussions sur le deuil de nos enfants, témoignages

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron