Dans mon coeur

Dans mon coeur

Messagepar MamaSu » Dim 10 Mars 2013, 14:58

Bonjour,
Je viens tout juste de m'inscrire sur ce forum après quelques errances sur le net dans une rubrique que j'étais loin de m'imaginer il y a de cela 3 semaines... à peine. Pourtant, le temps passe si lentement. Au terme de ma grossesse, je suis allée passer un banal examen de dépassement de terme, c'est là que j'ai entendu le coeur de ma petite princesse s'arrêter. Ne sachant pas si la machine était programmée pour un temps limité, si la machine déconnait, si vraiment c'était le coeur ? la confusion a commencé dans ma tête, et ne me quitte plus depuis. Suzie est décédée, je ne réalise toujours pas, car ce n'est pas ça du tout qui devait se passer, Suzie allait bien, ma grossesse était un rêve, moi et mon chéri perchés très haut dans les étoiles du bonheur. C'est notre amour que nous avons l'un pour l'autre qui nous tient debout aujourd'hui.
Mes sentiments sont mêlés, Suzie y a toute sa place.
Je ne sais que dire de plus.
Merci pour vos lectures.
Maman de Suzie
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Dans mon coeur

Messagepar Sun » Dim 10 Mars 2013, 21:22

Ce sont effectivement des forum dont nous ne connaissions même pas l'existence avant la perte de notre enfant... C'est tellement inimaginable de perte un enfant au moment même où on s'attend à "vivre le jour le plus heureux de notre vie" ...
J'imagine combien il a dû vous être difficile d'annoncer à votre entourage cela... Personne ne s'y attend à ce stade...

Etais tu seule lorsque tu as eu l'annonce du gyneco, ou ton conjoint était il présent ?
J'espère de tout coeur que le personnel de la maternité a fait autant que possible preuve de compassion et de professionalisme envers vous. Les premières étapes de ce cauchemard sont importantes ...

Tu as bien fait de t'inscrire sur ce forum, ca fait du bien de communiquer auprès de personnes qui (malheureusement aussi pour elles...) peuvent complètement comprendre ce que tu traverses.
N'hésite pas à déverser ici tes émotions, tu trouveras toujours quelqu'un pour te lire et te répondre.

Une tendre pensée pour ta petite Suzie, et beaucoup d'affection à toi
Courage
A défaut de porter mon Arthur dans mes bras, je le porte dans mon coeur
Avatar de l’utilisateur
Sun
 
Messages: 55
Inscrit le: Jeu 07 Fév 2013, 21:45
Localisation: Bourgogne

Re: Dans mon coeur

Messagepar MamaSu » Lun 11 Mars 2013, 10:40

Bonjour Sun,
Et merci pour ta réponse.
J'étais seule ce jour-là car mon conjoint était au travail, j'avais bien quelques contractions depuis quelques jours mais je m'imaginais retourner chez moi suite à cette visite, comme je le dis chaque fois, j'avais laissé en partant ma tasse de thé sur la table, je pensais la laver en rentrant, une ou deux heures plus tard... Mon conjoint est rentré d'urgence de son travail après un appel de la clinique, pensant quant à lui que j'avais eu peut-être une césarienne, mais loin d'imaginer ce qui, encore aujourd'hui, reste inimaginable, oui.
Le personnel de la clinique a été vraiment très bien, très choqué lui aussi. Tout s'est précipité, je suis partie au bloc en courant, main dans la main avec une sage-femme qui ne cessait de répéter "excusez-moi... excusez-moi" (de me faire courir), une dizaine de personnes m'attendait, tout le staff disponible et tout a été très vite. Une chute aux enfers. J'ai su une ou deux heures plus tard que Suzie n'avait pu être sauvée.
Nous sommes restés mon conjoint et moi-même cinq jours (impossible de nous séparer), tout le personnel a été très sensible et délicat, et nous avons été très bien conseillés. Je refusais le jour même de voir ma fille, puis nous l'avons vue finalement, c'était essentiel, et une chose me tient profondément à coeur, qu'elle soit reconnue comme une petite personne et non comme un bébé mort-né. Parce qu'elle a bel et bien vécu, neuf mois, avec nous, avec moi, dans mon ventre, dans tous les morceaux de mon corps qui se sont mis en quatre avec un bonheur tel pour lui faire sa place, pour bâtir son petit corps. Le dernier mois, j'ai pris beaucoup de ventre et plus j'en prenais, plus je me réjouissais, on avait prédit un petit bébé, je lui disais, c'est bien ma puce, vas-y, fais-toi autant de gras que possible. Tous ces mots anodins échangés, tous ces mots d'amour...
Encore aujourd'hui, nous sommes très entourés par la famille, les amis, je suis même stupéfaite que tant de bras se serrent autour de nous. Cela nous soutient mais parfois m'étouffe. Parce que cela représente son absence, à elle, qui remplissait déjà tout. Le vide et le silence sont d'effroyables partenaires de vie. La tristesse des autres un miroir qui me rend froide. Mais qui bouleverse quelque chose au fond de moi qui me plonge dans l'angoisse...
Avec le papa de Suzie, nous ne parvenons pas encore à nous séparer l'un de l'autre. Il faut réapprendre à faire confiance dans... la vie ? appelons-ça ainsi. Je dis souvent que je suis en colère contre "la situation". Je veux tenir ma fille dans mes bras, qu'elle m'empêche de dormir, qu'elle hurle pendant des heures, je voudrais sentir la fatigue m'envahir parce qu'elle occupe toutes mes heures. Je rêve d'épuisement et de nuits blanches. Je rêve d'un accouchement long et douloureux dont je profiterais minute après minute... Je rêve de tout ce que j'appréhendais, parce que ça ferait mal, parce que c'était l'inconnu, parce que toute notre vie allait changer. Mais cette appréhension s'accompagnait de tant de légèreté.
Maman de Suzie
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Dans mon coeur

Messagepar Agathe » Lun 11 Mars 2013, 16:23

Que dire...
il y a ces dates à travers lesquelles tu t'es senti proche de mon histoire...
Mais je retrouve beaucoup de mon vécu à travers tes mots

La présence de l'entourage qui peut parfois être étouffante, fatigante.
Cet effort parfois surhumain qu'il faut faire pour faire acte de présence au milieu des autres.

Et puis se sentir si fusionnel par rapport à son conjoint, celui dont l'amour donne la force de tenir debout. Celui avec qui nous pouvons pleurer, parler ou rester silencieuse. Celui qui sait et qui comprend. Celui de qui il devient tellement difficile de se séparer.
Ce matin, le mien a repris le travail (son congé paternité lui ayant été accordé, nous avons passé ces 3 dernières semaines ensemble)... Je me suis retrouvée dans ce grand lit vide. Tellement de vide autour de moi dejà...

Et cette envie de fatigue et de nuits blanches, d'être réveiller par des pleurs. Cette envie de prendre mon enfant dans mes bras. Cette envie moi aussi de faire comme les autres dans la rue, de pousser fièrement cette poussette. Cette envie d'avoir mon enfant qui pique une colère au milieu du magasin...
Mais à la place de cela, le silence et le vide.

Et l'espoir que tout n'est pas perdu, qu'un jour, nous aurons le droit nous aussi à cela.

Douces pensées pour ta petite Suzie
"J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer.
J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire" Saez
Avatar de l’utilisateur
Agathe
 
Messages: 83
Inscrit le: Mer 06 Mars 2013, 10:48
Localisation: Alsace / Bourgogne

Re: Dans mon coeur

Messagepar sandy49 » Mar 12 Mars 2013, 19:09

Bonjour Mamasu

Je te souhaite la bienvenue.... J'espère que le partage avec d'autres mamanges, qui en sont plus ou moins loin dans l'avancée de leur deuil te sera utile pour ta propre avancée.... Se serrer les coudes entre personnes qui se comprenennet car ayant vécu le même drame est parfois un précieux réconfort!

Ton témoignage est bouleversant.... Assister "en direct" à l'arrêt du petit coeur de son enfant, c'est inimaginable.... "l'anecdote" de la tasse le montre bien! C'est juste pas possible!

Avec le papa de Suzie, nous ne parvenons pas encore à nous séparer l'un de l'autre

C'était pareil avec mon mari... C'est fou ce que cette épreuve nous a encore plus rapproché... Chacun étant là pour l'autre.... C'est là qqu'on se dit qu'heureusement l'autre est là! C'est l'amour pour notre conjoint et notre ange qui nous portent et nous aident à tenir... Quand il a repris le travail ça a été très difficile... Je me sentais tellement seule! Et cette peur permanente qu'il lui arrive quelque chose à lui aussi....

Je veux tenir ma fille dans mes bras, qu'elle m'empêche de dormir, qu'elle hurle pendant des heures, je voudrais sentir la fatigue m'envahir parce qu'elle occupe toutes mes heures

Combien de fois j'ai maudit les mamans qui se plaignaient des pleurs de leurs enfants, de leur caprices.... Nous, mamanges, on ne rêve que de ça...

Tu dis trouver étouffant parfois le soutien apportés par tes proches, car il reflète trop l'absence de ta petite Suzie.... Moi, bizarrement c'était l'inverse... Peu de soutien, un silence de mort passant sous silence le fait que ma fille avait bel et bien existé, dans mon ventre certes, mais existé quand même! Suite à l'enterrement, nous nous sommes retrouvés... Les gens parlaient de tout de rien mais pas de celle qui avait fait qu'ils étaient réunis à ce moment là... Je suis restée prostrée dans mon coin. Je me suis dit "qu'est-ce-qu'ils foutent là?.... J'en ai rien à faire de la météo, de savoir que Mme truc muche s'est fait cambrioler... Je trouvais ça indécent, déplacé!

Cela ne fait que 3 semaines que ta petite Suzie est partie, et j'imagine bien dans l'état de confusion dses entiments dans lequel tu dois être. Je te souhaite de trouver très rapidement un ecertaine douceur, une certaine sérénité.

Douces pensées à ta petite Suzie et bon courage à toi et ton mari.
Avatar de l’utilisateur
sandy49
 
Messages: 296
Inscrit le: Lun 16 Mai 2011, 19:00

Re: Dans mon coeur

Messagepar Sun » Mar 12 Mars 2013, 23:17

Bonsoir MamaSu,

MamaSu a écrit:Nous sommes restés mon conjoint et moi-même cinq jours (impossible de nous séparer), tout le personnel a été très sensible et délicat, et nous avons été très bien conseillés.

Je refusais le jour même de voir ma fille, puis nous l'avons vue finalement, c'était essentiel, et une chose me tient profondément à coeur, qu'elle soit reconnue comme une petite personne et non comme un bébé mort-né


Mine de rien, c'est important d'avoir du personnel soignant qui ne se limite pas aux aspects "physiques" de cet accouchement si particulier. Les premières étapes sont importantes, à jamais gravées dans nos mémoires. Il faut qu'elles soient au mieux accompagnées. La moindre parole de leur part pourrait être si blessante.
En entendant des témoignages de mamanges qui ont perdu leurs enfants il y a quelques dizaines d'années, je m'apercois que des progrès considérables ont été fait. Le fait qu'ils nous proposent de voir nos enfants, qu'ils nous orientent vers les psy (voire aussi les associations) rapidement, et qu'ils acceptent que les papas restent avec nous à la maternité...
Nous non plus nous n'arrivions pas à nous quitter. Cela aurait été si horrible d'obliger mon conjoint à retourner seul dans notre appartement... C'est une bonne chose que cette pratique tende à disparaître et que le personnel soit vraiment formé à ca.


MamaSu a écrit:Parce qu'elle a bel et bien vécu, neuf mois, avec nous, avec moi, dans mon ventre, dans tous les morceaux de mon corps qui se sont mis en quatre avec un bonheur tel pour lui faire sa place, pour bâtir son petit corps. Le dernier mois, j'ai pris beaucoup de ventre et plus j'en prenais, plus je me réjouissais, on avait prédit un petit bébé, je lui disais, c'est bien ma puce, vas-y, fais-toi autant de gras que possible. Tous ces mots anodins échangés, tous ces mots d'amour...
Encore aujourd'hui, nous sommes très entourés par la famille, les amis, je suis même stupéfaite que tant de bras se serrent autour de nous. Cela nous soutient mais parfois m'étouffe. Parce que cela représente son absence, à elle, qui remplissait déjà tout. Le vide et le silence sont d'effroyables partenaires de vie. La tristesse des autres un miroir qui me rend froide. Mais qui bouleverse quelque chose au fond de moi qui me plonge dans l'angoisse...


Il y a beaucoup de poésie, de douceur, et d'amour quand tes mots. J'ai l'impression de lire les vagues d'un océan, qui tantôt découvrent cet amour profond que tu as pour ta Suzie, tantôt la detresse que représente son absence...

MamaSu a écrit:Je dis souvent que je suis en colère contre "la situation". Je veux tenir ma fille dans mes bras, qu'elle m'empêche de dormir, qu'elle hurle pendant des heures, je voudrais sentir la fatigue m'envahir parce qu'elle occupe toutes mes heures. Je rêve d'épuisement et de nuits blanches. Je rêve d'un accouchement long et douloureux dont je profiterais minute après minute... Je rêve de tout ce que j'appréhendais, parce que ça ferait mal, parce que c'était l'inconnu, parce que toute notre vie allait changer. Mais cette appréhension s'accompagnait de tant de légèreté.
Maman de Suzie


Cruel berceau vide, cruel ventre vide... Je me souviens avoir eu la nostalgie de mon gros ventre pendant longtemps, et l'envie irrépressible d'hurler sur ces inconnues du bus ou du métro qui se plaignaient de nuits d'insomnies à cause des pleurs de leur petit... Ca peut sembler bizarre pour d'autres, mais je te rejoins quand tu dis que même la souffrance d'un accouchement ou l'épuisement de la maternité nous manquent... Toutes ces choses sont le tout de la maternité, et c'est cet ensemble qui nous fait défaut...

Bon courage à toi. Le chemin est encore long, mais tu as déjà beaucoup avancé dans ton deuil.
Suzie a la chance d'avoir une telle maman
Je t'embrasse
A défaut de porter mon Arthur dans mes bras, je le porte dans mon coeur
Avatar de l’utilisateur
Sun
 
Messages: 55
Inscrit le: Jeu 07 Fév 2013, 21:45
Localisation: Bourgogne

Re: Dans mon coeur

Messagepar anais et mathieu » Mar 12 Mars 2013, 23:29

Bonsoir ,

Je te souhaite la bienvenue parmi nous . J ai lu ton histoire. J ai toujours un sentiment de grande incompréhension mêlée de tristesse lorsque je lis de tels drames .

Alors que nous sommes sur le point de donner la vie, comment peut on accueillir la mort ?

La perte de ta puce est si récente ... Tu as l impression de survivre plutôt que de vivre ...
Mon 1 er enfant est décédé un utero à 9 jours du terme. Et j ai vécu une véritable descente aux enfers ...
Cela va faire 2 ans et demi que maxime est décédé . Son passage sur terre , aussi furtif, soit il a bouleversé mon existence, et m ' a transformé à jamais . Il m a aussi considérablement rapproché de mon époux !
Aujourd'hui c est avec une certaine sérénité que j évoque cela . Mais ce vide , cette absence , nous l avons connu . De doux moments avec le souvenir de suzie t' attendent.


Ici tu pourras parler de tout , pas de tabou, pas de jugement. Et bien entendu nous saurons t épauler! Le deuil d un tout petit est si particulier qu' il n ' a pas toute sa place dans notre société et un yeux des autres .

Ici tu pourras faire vivre ta puce à travers tes messages .

Ici tu pourras déverser ta colère , ton chagrin , et tes espoirs !

Je t embrasse

Anais
le bonheur finit toujours par triompher, il faut juste y croire ... Mamange de Maxime décédé in utéro à 39 SA le 30 septembre 2010, et Maman de Gaëtan , né le 8 janvier 2012 . Je vous aime mes amours.
anais et mathieu
 
Messages: 298
Inscrit le: Sam 18 Juin 2011, 18:42

Re: Dans mon coeur

Messagepar MamaSu » Jeu 14 Mars 2013, 11:05

Bonjour à toutes,
et un très grand merci pour vos réponses. Je vous lis au fur et à mesure mais les mots, pour l'instant, sont sauvages, et j'ai beaucoup de mal à écrire, parce que c'est le vide qui... fait le vide, justement.
En effet, il y a des choses qui tournent en boucle dans ma tête, des phrases du personnel, son coeur qui s'arrête; c'est comme si mon cerveau s'était figé ce jour-là, j'essaie pour l'instant, petit à petit, de lui redonner du mou, qu'il récupère de l'oxygène.
Sandy, Agathe, j'appréhende en effet le retour de mon chéri au travail. Nous allons partir quelques jours dans le sud avant, il a pu prendre 3 semaines de plus, je crois qu'il a très peur de me laisser seule, mais c'est un pas qu'il faudra bien franchir, retourner dans "la vie" là où on l'a laissée, avec ça de changé, l'impression que c'est elle, "la vie" qui nous a bien laissée... de côté, sur le flanc.
Ne pas devenir amère. Surtout.
Anais, ton message me donne de l'espoir. Je suis allée lire quelques-uns de vos messages pour mieux connaitre vos histoires, je constate que la mécanique est chaque fois la même, nous ressentons, nous traversons les mêmes choses, et pour celles qui ont vécu ce drame il y a deux ans ou trois ans, je lis dans vos messages, outre la blessure indélébile, beaucoup de paix et de sérénité. De lire cela peut faire renaître l'espoir. Car avec le décès de Suzie, j'ai perdu l'espoir. Et m'accompagne la peur terrible de ne jamais tenir un enfant contre moi...
A bientôt chères mamans...
Petite Suzie, mon ange, dernier sourire le jour J... 20 février 2013.
Avatar de l’utilisateur
MamaSu
 
Messages: 110
Inscrit le: Sam 09 Mars 2013, 14:59
Localisation: région parisienne, au bord de l'eau

Re: Dans mon coeur

Messagepar sandy49 » Jeu 14 Mars 2013, 12:36

Mamasu,

Les mois suivants la perte de ma fille, j'étais en hypervigilance.... La journée je sollicitais mon cerveau au maximum (musqiue, tv, mots fléchés, ordi, sudokus, lecture) et m'activais (ménage...) juste pour le ne plus penser au jour j, à tout ça.... Une fois glissée au milieu des draps, le soir, c'était le pire.... car si j'avais réussi à tenir à distance mes souvenirs la journée en "m'occupant", je ne pouvais plus me dérober... J'étais face à moi-même, face à ma colère, ma tristesse, mes doutes concernant l'avenir... Et je n'avais pas le choix... Souvent, je mettais la télé en fond et parvenait à m'ndormir vers 4h du matin quand les paupières ne tiennent plus, que le corps se lâche enfin!! Combien de fois j'ai rêvé d'un bouton "OFF" sur lequel j'aurais pu appuyé pour me déconnecter de la réalité, de cette souffrance insupportable, de cette tension... juste quelques heures pour recharger les batteries....

Car avec le décès de Suzie, j'ai perdu l'espoir. Et m'accompagne la peur terrible de ne jamais tenir un enfant contre moi..
.
Il est bien normal d'avoir des doutes, d'avoir perdu foi en la vie quand un tel drame survient.... Quand on est au fond du trou on a du mal à percevoir la lumière... On se demande même si elle existe encore!... Petit à petit, avec le temps, tu te surprendra à y croire à nouveau.... Le soleil, rayon par rayon, répparaîtra dans votre vie.... Ta peur de ne pas connaîtr un jour la joie de tenir un enfant dans les bras est connu de toutes les mamanges.... Car en plus de la tristesse d'avoir perdu un enfant, s'ajoute la question de la maternité, la capacité à être mère, l'estime de soi... C'est pas simple tout ça... Ce drame met tout en branle dans la personnalité d'une femme.

Nous sommes sommes plusieurs (Anaïs, Claire, Viviane....) de l'ancien forum... chacune dentre nous a pu cheminer en échangeant avec des mamanges un peu plus avancées dans le deuil et avec d'autres mamanges qui en étaient au même stade... Nous étions dans le même état état d'esprit que toi au même stade... Si tu avais la possibilité de lire ce que nous écrivions à la même époque tu verrais une très grande similarité... Malheureusement, nous avons perdu trace de nos premiers pas, avec la disparition du premier forum... Je le regrette beaucoup!!! A travers vos témoignages, c'est un peu de mon histoire de que je retrouve et que j'appréhende avec désormais un certain recul, car la vie a continué avec notre ange bien présent dans notre coeur, malgré l'absence physique...

Courage à toi et à ton homme... Prenez soin de vous...

tendres pensées à ta puce
Avatar de l’utilisateur
sandy49
 
Messages: 296
Inscrit le: Lun 16 Mai 2011, 19:00

Re: Dans mon coeur

Messagepar Agathe » Jeu 14 Mars 2013, 15:03

MamaSu a écrit:Sandy, Agathe, j'appréhende en effet le retour de mon chéri au travail. Nous allons partir quelques jours dans le sud avant [...]

Car avec le décès de Suzie, j'ai perdu l'espoir. Et m'accompagne la peur terrible de ne jamais tenir un enfant contre moi...


Nous sommes aussi partis dans le sud 15 jours après. Besoin de changer d'air aussi.
Ça m'a fait beaucoup de bien, un peu de chaleur, sentir le soleil sur son visage, balade en nature...
Pour ma part, c'est aussi à ce moment là que le "choc" est retombé et que j'ai commencé à être submergé par pleins d'émotions. Mais le fait de se retrouver que tous les deux (pas mes parents ni beaux parents qui ont été très présents à la maison) m'a permis de lâcher beaucoup de choses.
Notamment de dire que je pensais à avoir d'autres enfants (un jour), parce que je souffre terriblement à l'idée d'avoir donner la mort plutôt que la vie. Même si mon conjoint est pour le moment plutôt dans l'optique "plus jamais"(et bien sur, je le comprends), il a entendu et compris mes mots (et maux).
Et je crois que contrairement à toi, c'est cette idée d'un jour donner la vie qui me donne espoir et qui me permet d'avancer. Bien sûr je n'ai pas de "plan" précis, je sais juste que je ne suis pas prête maintenant, mais je vais tout faire pour "qu'un jour" ce soit possible.

En tout cas, profitez ensemble de ce changement d'horizon, je vous souhaite de passer de bons moments dans le sud.
Votre petite Suzie vous accompagnera dans vos coeurs
"J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer.
J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire" Saez
Avatar de l’utilisateur
Agathe
 
Messages: 83
Inscrit le: Mer 06 Mars 2013, 10:48
Localisation: Alsace / Bourgogne

Suivant

Retour vers Discussions sur le deuil de nos enfants, témoignages

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron