Retrouver confiance et aimer son corp après une fausse-couhe

Retrouver confiance et aimer son corp après une fausse-couhe

Messagepar Ronnie » Mer 05 Oct 2011, 22:32

Je suis actuellement en formation de Psycho-Socio-Esthétique (voir définition ci-dessous)*, je dois présenter un mémoire (travail de fin d'étude) et j'ai choisi le thème de la grossesse en première partie, des fausses-couches en deuxième partie et de l'utilité (ou non) d'une PSE auprès des femmes ayant vécu une fausse-couche pour la revalorisation de l'image corporelle, l'image de soi, l'amour de soi, la confiance en soi et la reconstruction identitaire.

Ma reconversion en Psycho-Socio-Esthéticienne et mon sujet ne sont pas anodins puisque j'ai vécu moi-même une fausse couche à 13 semaines d'aménorrhée. Il s'agissait de ma deuxième grossesse, et comme pour la première je me suis investie immédiatement en faisant des projets, en essayant de ressentir ce petit être qui grandissait en moi. J'ai grossi très vite et j'ai dû l'annoncer très tôt à mon entourage familal et amical, à mon employeur et mes collègues. Quand je me suis aperçue des saignements, je savais que qqch se passait mal en moi. J'ai rencontré mon gynécologue en urgence qui m'a annoncé l'arrêt cardiaque de mon bébé. Le jour suivant j'étais prise en charge pour un curetage. Mon corps me semblait tout à coup plus fin, moins rempli, moche, un corps cercueil. Je suis allée seule à la maternité un midi avec ma petite valise. J'ai pleuré quand la sage-femme est venue me voir. Je me sentais seule, sale, incompétente, honteuse de ne pas avoir achevé ma grossesse, coupable. Je me posais plein de questions quant au devenir du foetus. Après l'intervention, j'étais encore seule, j'aurais dû rentrer à la maison, mais je n'ai pas voulu. Le lendemain, je suis sortie, j'ai pris ma voiture, il faisait froid, je suis allée m'acheter un manteau et j'ai téléphoné à de nombreux coiffeurs afin d'obtenir un rendez-vous immédiat. J'ai pris un jour de congé après le jour de ma sortie pour me reposer à la maison car je n'avais pas d'arrêt maladie. Trois jours après l'intervention, je suis partie travailler et j'ai dû affronter tous les regards, les petits mots de compassion des collègues.

Quelques jours plus tard, j'ai voulu changer plein de choses physiquement : on m'avait nettoyée l'intérieur, je voulais nettoyer l'extérieur. Je me suis fait enlever un petite kyste dans le dos, je suis allée chez une dermato, j'ai changé de coiffure, .... je me sentais sale, j'avais envie d'un bon nettoyage de peau, un bon gommage. C'est depuis ce jour que l'idée m'est venue de joindre l'esthétique à la psychologie et au social. J'ai vu sur internet que cela existait je me suis lancée. Et quel beau métier !!!!!!

J'ai besoin de vos remarques, de vos commentaires, sur vos ressentis physiques après la fausse-couche ? Ce corps qui a encore les stygmates de la grossesse. Comment perceviez-vous votre corps ? Quels étaient vos ressentis physiques ? Est-ce que comme moi vous auriez aimé un accompagnement adapté esthétique pour ré-apprendre à aimer ce corps qui a fait défaut, pour ré-apprendre les limites de son corps, à retrouver confiance en lui, en soi ?

Dans tous les ouvrages, on parle toujours du psychologique et de l'absence de reconnaissance ou d'empathie de la part de l'entourage et de la société. Un accompagnement psychologique est utile et des associations sont là pour nous aider à ce que ce sujet ne soit plus tabou. Mais, n'y a t'il pas la possibilité par le biais de l'esthétique d'accompagner la personne ayant vécu une fausse-couche dans le but également d'améliorer son état psychologique, d'améliorer son image ?

Je vous remercie pour l'attention que vous porterez à mon mail. Je souhaite réellement apporter du réconfort à ces femmes là qui sont dispersées dans la nature.


*Une Psycho-Socio-Esthéticienne (PSE), qu'est-ce que c'est ?

Je suis titulaire du CAP Esthétique-Cosmétique et je suis en train de suivre la formation de PSE qui dure 12 mois et qui comprend différents modules (gériatrie, oncologie, maternité, handicap, psychiatrie, psychologie, exclusion sociale, ….). La PSE accompagne toute personne en difficulté physique, psychique et/ou sociale et peut intervenir en milieu hospitalier, maison de retraite, secteur social ou carcéral.

Trois piliers : le physique (l'esthétique), le psychique, le social. Ces trois axes étant liés les uns aux autres (le soin esthétique pouvant apporter de la confiance et valoriser l'image (psychique) et donc entretenir le lien avec autrui et favoriser l'insertion (social), par exemple).

Par le biais du toucher, de l'outil esthétique, l'accompagnement possible est le suivant :
- soin du corps et modelage
- soin du visage et modelage
- soin des mains et modelage
- beauté des pieds et modelage
- maquillage

Les objectifs :
- soulager des douleurs,
- relaxation, stimulation, amélioration de la sensation de bien-être,
- détente nerveuse et musculaire,
- prise de conscience du schéma corporel,
- réminiscence de sensations oubliées,
- harmoniser l'état physique, psychique et social,
- revalorisation de l'image corporelle, de la confiance en soi et l'estime de soi,
- donner ou maintenir l'envie d'être belle, la féminité,
- prendre du temps pour soi,
- amélioration de la circulation sanguine,
- rééquilibrer l'état cutané.
Ronnie
 
Messages: 1
Inscrit le: Mer 05 Oct 2011, 21:44

Retour vers Appel à témoins

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron