LILIAN, mon petit bonhomme

LILIAN, mon petit bonhomme

Messagepar sophie69 » Lun 26 Sep 2011, 19:02

Texte écrit en 2011; en hommage à mon fils, LILIAN, né sans vie le 02 octobre 2009 :


Mon petit bonhomme, cela fait maintenant deux ans que tu es né sans vie. Est-ce sans vie ? Je me débats depuis en famille pour ne pas sombrer, trop profondément au moins…

Quelques fois j’arrive à trouver une porte de sortie symbolique à ce terrible drame : « mon fils est un ange, il est né au ciel » . Alors je t’espère avec ton papy « Gérard » et je me dis que j’ai donné la vie à un ange. Je pousse même la réflexion jusqu’à me dire que j’ai « la chance » d’avoir donné la vie à un garçon, à une fille et puis à un ange ! Tu te rends compte mon petit bonhomme « la chance » ! Que le désespoir qui m’habite est grand ! Je souffre d’un immense trou dans mon cœur et d’une impuissance à pouvoir m’occuper de toi. Alors en EMDR tu me parles, tu me dis que tu vas bien et puis ton papy me dit qu’il s’occupe de toi et que moi je dois m’occuper de Bastien et de Clémentine…J’ai l’impression que cela est vrai et je me sens enfin un tout petit peu sereine. Ce qui m’aide aussi c’est que le désespoir et la douleur de t’avoir perdu puissent un jour se transformer. Sublimer la douleur en famille est un défi !! Très concrètement, il ressort aussi du bon de cette terrible épreuve :
• Ton papa et moi nous nous aimons encore plus qu’avant avec l’évidence d’être liés par cet amour pour toi et l’impression d’avoir chacun le même trésor au fond du cœur qui s’appelle Lilian.
• En famille les petites joies de la vie quotidienne deviennent de vrais grands bonheurs.
• Le monde qui nous entoure n’est pas toujours facile et l’on apprend à se protéger de la bêtise humaine…On découvre les vrais amis et les vrais relations humaines…

Et puis quelques fois, la lame de fonds est de retour, elle m’emporte au fond de cet océan de chagrin qui m’habite ! Au détour d’une réflexion maladroite, à l’occasion d’un atelier de théâtre, la vérité nue me saute au visage : tu n’es pas là ici bas et je ne suis plus vraiment sûre que tu sois bien là haut !!! Alors je me laisse polluée par le doute des autres, on me dit alors qu’il faudrait que j’accepte que la vie soit injuste ici bas sans vouloir qu’il y est tout de même une justice là-haut… Je me sens alors complètement perdue, épuisée, laminée, terrassée par ces longs mois de combat à essayer d’accepter l’inacceptable. Comment peut-on accepter d’avoir construit pendant 9 mois un petit être et d’avoir à le jeter au fond d’un trou !! Comment accepter que tu sois venu et reparti sans y voir un message, un appel à l’amour, un appel à la tolérance, un appel à la transcendance, un appel au pardon et à la compassion aussi.


Il faudrait que de cette épreuve il y sorte de la résilience m’a-t-on dit mais le défi est bien plus grand !! Il n’y a que les parents ayant été dans la même peine qui peuvent comprendre, il ne s’agit pas de résilience mais de « sublimence » ! Telle la glace, la douleur de t’avoir perdu doit se sublimer en une légère vapeur chaude, elle doit avoir la douceur et le doux parfum de l’amour. Je pense au fond de moi que cette alchimie ne peut s’opérer qu’avec la foi. La foi envers l’être humain et son humanité. Ma vérité doit se consolider, je sais au fond de moi que l’amour peut tout guérir ! Qu’est-ce que l’amour ? L’amour est-il fait de chair et de sang ? Au plus profond de moi je ne le crois pas. Ce doux sentiment de plénitude que l’on ressent n’est pas chimique, il est bel et bien mystique !!

Mon petit bonhomme, j’aime a penser que tu es bien là ou tu es ; que tu es avec les anges et ton grand père veille sur toi…

Mon petit bonhomme, je voulais naïvement que tu veille sur nous de là haut mais ce n’est pas ton rôle !

Mon petit bonhomme, je voulais surtout te dire que ta maman t’aime toi aussi jusqu’au bout de l’univers ! Que je souhaite que tu prennes ta place dans notre famille telle que tu es : un petit trésor dans chacun de nos cœurs ; une tombe que l’on souhaite chérir et fleurir et un vent de spiritualité que l’on devine au loin pour l’instant.

Mon petit bonhomme je souhaite que cette bise devienne une tempête qu’elle m’emporte du désespoir à la sérénité. Je pourrai alors de toute mon âme t’aimer vraiment tel que tu es.
sophie69
 
Messages: 27
Inscrit le: Sam 24 Sep 2011, 18:39

Re: LILIAN, mon petit bonhomme

Messagepar anais et mathieu » Lun 03 Oct 2011, 09:05

Sophie, ce texte est tout simplment magnifique ...
le bonheur finit toujours par triompher, il faut juste y croire ... Mamange de Maxime décédé in utéro à 39 SA le 30 septembre 2010, et Maman de Gaëtan , né le 8 janvier 2012 . Je vous aime mes amours.
anais et mathieu
 
Messages: 298
Inscrit le: Sam 18 Juin 2011, 18:42

Re: LILIAN, mon petit bonhomme

Messagepar aurelie » Ven 07 Oct 2011, 22:24

magnifique beaucoup d'émotions
aurelie
 
Messages: 15
Inscrit le: Jeu 01 Sep 2011, 22:16

Re: LILIAN, mon petit bonhomme

Messagepar Angelylla » Jeu 20 Oct 2011, 01:52

Bonsoir Sophie
Je vous envie tellement de pouvoir coucher vos mots/maux tels que vous les ressentez !
Je n'y arrive pas ... pas encore.
Mon petit ange s'est envolé le 5 septembre dernier alors peut-être est-ce un peu tôt !
Mon Dieu, que nous nous sentons seuls lorsque la vie reprend ses droits et que l'on s'emprisonne avec sa douleur pour ne pas bousculer les habitudes et les autres.
Je vous souhaite de trouver la paix parce que cela signifie qu'un jour moi aussi je la trouverai.
Votre petit bonhomme doit être bien fière de vous.
Merci de ce joli partage
Douces pensées à votre Lilian et tout mon amour pour mon fils Gabriel
Angel
Avatar de l’utilisateur
Angelylla
 
Messages: 3
Inscrit le: Jeu 29 Sep 2011, 14:23


Retour vers POEMES et LETTRES écrits par les parents et la famille des enfants du forum

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron